Robyn Denholm vient d'être nommée présidente du conseil d'administration de Tesla. D'où vient-elle, et quels seront ses pouvoirs ?

Tesla vient de nommer Robyn Denholm à la présidence du conseil d’administration de l’entreprise en remplacement d’Elon Musk, a annoncé le fabricant automobile dans un communiqué du 8 novembre 2018. Ce poste devait être attribué depuis qu’Elon Musk a été forcé de le quitter après une condamnation par le gendarme boursier américain (SEC).

Denholm est actuellement directrice financier (CFO) de Telstra, une entreprise australienne de télécommunication. Elle quittera ce poste dans six mois, à la fin de sa période de préavis. «  Pour s’assurer d’une transition en douceur pendant que Robyn sera encore à Telstra, Elon sera une ressource pour Robyn et lui fournira tout le soutien dont elle aura besoin en qualité de présidente.  »

Elon Musk garde son poste de CEO de Tesla et supervise les opérations en temps que directeur opérationnel.

Robyn Denholm // Source : Tesla

D’où vient-elle ?

La dirigeante était l’une des 9 membres du conseil de Tesla, depuis 2014 en tant que directrice extérieure, c’est-à-dire qu’elle n’est pas censée avoir de « relation matérielle avec l’entreprise ». Elle faisait aussi partie du Comité d’Audit de Tesla, qu’elle va quitter.

Spécialiste des télécommunications, elle est reconnue pour avoir porté la stratégie de plusieurs entreprises dont Juniper Networks pendant 9 ans (2007-2016), où elle a «  dirigé une équipe qui a réussi à faire augmenter de manière significative les revenus de Juniper, en supervisant la transformation interne de l’entreprise », souligne le communiqué.

Elle a également passé 7 ans au sein du groupe Toyota après avoir fait ses débuts dans un cabinet d’audit australien.

Quels pouvoir aura-t-elle ?

Elon Musk ne va pas arrêter de prendre des décisions pour Tesla, mais il a été contraint en octobre de démissionner du conseil d’administration après avoir publié un tweet jugé dangereux : il y affirmait qu’il pensait retirer Tesla de la cotation boursière et qu’il en avait les moyens. Ce genre d’annonce, très sérieuse, a chamboulé Wall Street et poussé la SEC à enquêter, pour finalement condamner Tesla et Musk à une amende de deux fois 20 millions de dollars.

« Cette décision a été prise pour prévenir toute perturbation à venir du marché et pour empêcher de causer du tort aux investisseurs de Tesla  », avait expliqué Steven Peikin, co-directeur de la SEC dans un communiqué.

Elon Musk dans un podcast filmé, diffusé le 7 septembre 2018 // Source : YouTube/PowerfulJRE

Comme son nom l’indique, le rôle du conseil d’administration d’une entreprise est de l’administrer : ses membres sont en charge de superviser son activité. Celui de Tesla compte 9 membres, mais le gendarme boursier a demandé à ce que le groupe en recrute 2 supplémentaires afin d’avoir plus de membres totalement indépendants. Actuellement, 6 ont des liens avec Musk : Denholm était considérée comme l’une des trois membres « vraiment indépendants ».

En tant que directrice, Denholm a techniquement le droit de donner des ordres à Elon Musk (directeur opérationnel), si elle obtient l’accord et le soutien du conseil. Mais comme le soulignait Bloomberg en octobre, elle devra surtout parvenir à canaliser le CEO imprévisible de la firme, tout en restant indépendante. À noter que parmi les 500 entreprises les mieux cotées aux États-Unis, seuls 28 % ont un CEO différent du directeur du conseil d’administration.

Robyn Denholm aura aussi un rôle important dans la stratégie globale de l’entreprise : mener les réunions avec les actionnaires, leur rendre des comptes, s’assurer de la bonne relation avec le gendarme boursier américain et, surtout, dégager des bénéfices. Dans le communiqué de Tesla, Robyn Denholm affirme d’ailleurs que son objectif est d’«  aider Elon et Tesla à atteindre une profitabilité durable et apporter de la valeur aux actionnaires sur le long terme. »

Crédit photo de la une : Tesla

Partager sur les réseaux sociaux