Mobileye, la filiale du constructeur Intel spécialisée dans la conduite déléguée à la machine, a signé un contrat très important. Il s'agit de fournir des puces à 8 millions de véhicules à partir de 2021 pour les rendre hautement autonomes.

Mobileye marque des points dans le domaine de la voiture autonome. Alors que l’entreprise israélienne, devenue une filiale du géant américain Intel, a commencé ses tests sur route dans la ville de Jérusalem, en attendant de se lancer aussi aux États-Unis et en Europe, ses équipes commerciales n’ont pas chômé, puisqu’elles ont signé un gros contrat avec un important constructeur automobile européen.

Objet du deal ? Que Mobileye fournisse au cours des années à venir des équipements à cet industriel — dont ni l’identité ni la nationalité n’ont été révélées — afin qu’il soit en mesure de proposer à sa clientèle une solution de conduite hautement autonome à partir de 2021. Le contrat porte sur un parc étendu de 8 millions de véhicules, selon les informations que Reuters a pu obtenir.

Nouvelle génération de puces

Pourquoi 2021 ? Parce que c’est à ce moment-là que la nouvelle puce construite par Mobileye, la EyeQ5, sera prête à être commercialisée. Pour l’heure, l’entreprise israélienne s’apprête à déployer la EyeQ4 d’ici les semaines à venir. Celle-ci doit permettre de gérer une situation de conduite autonome conditionnelle, c’est-à-dire de niveau 3. D’ici fin 2019, le groupe compte déployer cette puce sur 100 000 autos.

Selon Mobileye, la puce EyeQ4 dispose de plusieurs fonctionnalités, comme sa faculté de voir un véhicule sur tous les angles, son nouveau système de détection du marquage au sol, une politique de conduite améliorée ou encore sa possibilité de cartographier la zone grâce à une technologie de gestion de l’expérience routière. Bien sûr, la EyeQ4 reprend les caractéristiques des précédentes puces.

L’évolution des puces EyeQ.

Les promesses de la puce EyeQ5

La EyeQ5 proposera quant à elle une vision par ordinateur centralisée, une protection au niveau matériel et une plateforme logicielle ouverte, selon la feuille de route de Mobileye. Naturellement, l’arrivée d’une nouvelle génération se traduit par un saut significatif en termes de performances, avec une finesse accrue dans la gravure des transistors, afin de proposer une puissance de calcul toujours plus importante.

Selon Mobileye, la puce EyeQ5 permettra de proposer un niveau de conduite autonome de rang 4, voire 5. Ici, le véhicule est capable de gérer l’essentiel des procédures de conduite sur la majorité des routes. Au niveau 5, qui est le Graal de la recherche et développement dans ce domaine, la conduite est définitivement confiée au système de bord ; l’humain qui se trouve à bord n’a plus rien à faire.

Partager sur les réseaux sociaux