Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Télécoms : rumeurs de consolidation impliquant Bouygues et Altice

Des bruits de couloir laissent entendre que Bouygues aurait des vues sur certains actifs d'Altice, la maison-mère de SFR. Mais le géant du BTP assure qu'il n'existe aucune discussion de la sorte.

Bouygues pourrait-il envisager de faire une offre sur des actifs d'Altice, à commencer par SFR ? C'est ce qu'affirme Bloomberg ce lundi 16 avril. L'agence de presse, qui dit s'appuyer sur des sources liées au dossier, déclare que la maison-mère de l'opérateur Bouygues Telecom aurait engagé des discussions préliminaires avec certains fonds d'investissement pour évaluer la faisabilité d'une telle opération.

Dans un communiqué de presse, un démenti a été apporté très rapidement par le géant du BTP : « à ce jour, il n'y a aucune discussion avec un autre opérateur et aucun mandat n'a été délivré à quelque conseil que ce soit ». Certes, le groupe admet qu'il « étudie régulièrement les diverses hypothèses d’évolution du secteur des télécoms », mais « tout acteur du marché » est amené à le faire.

Orange Bouygues

Ce n'est pas la première fois que des bruits de couloir émergent dans les médias sur une hypothétique consolidation du secteur français des télécoms. Il y a un an, des rumeurs de ce type avaient fait surface alors que Bouygues Telecom et Orange n'avaient finalement pas pu conclure leurs négociationsÀ l'époque, Bouygues avait démenti catégoriquement ces allégations.

« Alors que le marché trouve enfin sa dynamique à quatre, j’ai du mal à comprendre ce que les Français auraient à gagner d’une consolidation  », avait dit Sébastien Soriano, le président du régulateur des télécoms, sur ces rumeurs« Les opérateurs ont fait de gros efforts et sont aujourd’hui en situation d’affronter le marché à quatre », ajoutait-il, estimant que la fenêtre de la consolidation se refermait.