Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Monoprix devient le premier distributeur français à vendre ses produits sur Amazon

Une vaste partie de l'offre de Monoprix, plus particulièrement au rayon alimentaire, sera proposée sur la plateforme de la firme américaine. Une nouveauté qui concernera d'abord les clients du service Amazon Prime Now habitant à Paris et sa proche banlieue.

Monoprix et Amazon vont désormais faire alliance, annoncent les deux enseignes dans un communiqué commun. Entre 5 000 et 10 000 produits de la marque française (principalement de l'ordre alimentaire), seront proposés d'ici quelques mois sur le site de la firme américaine, qui lui dédiera une boutique virtuelle. L'offre sera d'abord accessible aux clients habitant à Paris et sa région par le biais d'Amazon Prime Now, service qui permet d'être livré sous deux heures.

Monoprix n'a pas été choisi au hasard. Amazon était en pourparlers avec de nombreuses autres grandes griffes françaises. «Tout le monde a tenté de travailler avec Amazon mais c'est Monoprix qui l'emporte » a déclaré Régis Schultz, le président de la marque française, au micro d'Europe 1.

Séduire de nouveaux clients pour l'un, assoir son monopole pour l'autre

Déjà fort de 800 boutiques physiques réparties dans 250 villes hexagonales, Monoprix espère ainsi séduire une nouvelle clientèle. C'est un nouveau gros coup pour l'enseigne, qui a récemment jeté son dévolu sur Sarenza, l'un des leaders européens de la vente en ligne de chaussures.

Mais le partenariat est tout aussi juteux pour l'entreprise de Seattle, qui, malgré sa domination sur le marché du commerce en ligne, bottait jusqu'ici en touche quant il s'agissait de produits frais et des courses en France. « Amazon, c'est 250 millions de références, l'équivalent de 250 très gros hypermarchés. Se renforcer dans l'alimentaire pourrait être malgré tout intéressant », expliquait Frédéric Duval, le patron d'Amazon France à Europe 1.