Shervin Pishevar, influent investisseur au sein de la Silicon Valley et fondateur d'Hyperloop One, vient d'annoncer qu'il prenait congé de ses différentes activités. Une décision qu'il justifie par une procédure juridique en cours, sans dire mot des accusations de harcèlement sexuel dont il fait l'objet.

Mise à jour du 15 décembre 2017 : Shervin Pishevar a annoncé sa démission de Sherpa Capital, expliquant qu’il ne pouvait continuer sereinement à travailler au sein de l’entreprise au vu des allégations pesant contre lui. Il reste en retrait d’Hyperloop One.

Article original du 6 décembre : 

Après Andy Rubin, un autre nom influent de la tech prend congé en raison d’accusations à son encontre : Shervin Pishevar, le fondateur d’Hyperloop One, vient d’annoncer la suspension temporaire de ses différentes activités au sein de la société dédiée à ce mode de transport futuriste comme dans son entreprise Sherpa Capital.

L’homme d’affaires de 43 ans, particulièrement connu pour ses investissements sein de la Silicon Valley — il a notamment soutenu Uber aux débuts du service –, est accusé de harcèlement sexuel par 5 femmes, comme le rapporte Bloomberg.

Une employée d’Uber affirme notamment avoir été harcelée et agressée sexuellement par Shervin Pishevar, autant lorsqu’elle était stagiaire qu’une fois arrivée à un poste haut placé au sein de l’entreprise.

Sherpa Capital lance une enquête

Si Sherpa Capital n’a jamais reçu de plainte pour harcèlement sexuel à l’encontre de son fondateur, elle vient de lancer une enquête interne. Dans un communiqué, Shervin Pishevar revient sur son absence temporaire, justifiée par la nécessité de se concentrer sur un litige juridique avec un collectif politique qui l’aurait diffamé — sans évoquer le harcèlement sexuel dont il est lui-même accusé.

« Comme la majorité d’entre vous a pu l’apprendre, j’ai porté plainte le mois dernier contre ceux que je considère comme les auteurs d’une campagne de diffamation à mon encontre. Ma priorité est d’éviter que Sherpa Capital ne soit impacté par cette procédure juridique. J’ai donc décidé de prendre congé immédiatement de mes fonctions chez Sherpa Capital et Hyperloop One » explique-t-il ainsi.

L’homme d’affaires nie en outre les informations de Forbes, qui affirme que la police londonienne l’a arrêté en novembre dernier dans une affaire de viol.

Partager sur les réseaux sociaux