Facebook semble avoir déployé un nouveau test pour vérifier que ses membres ne sont pas des robots. Le réseau social peut désormais exiger une photo de vous en guise de CAPTCHA, afin de détecter des activités jugées suspectes.

Pour prouver que vous n’êtes pas un robot, Facebook va-t-il désormais vous demander votre photo ? Le réseau social semble utiliser un nouveau type de CAPTCHA afin de s’assurer que ses utilisateurs sont bien de véritables personnes.

Le CAPTCHA est un test que vous avez probablement déjà passé au moins une fois — le plus souvent, au moment de vous inscrire à un service en ligne. Ce « Completely Automated Public Test to Tell Computers and Human Apart » (soit le « Test de Turing complètement automatique permettant de différencier les humains des ordinateurs ») consiste, par exemple, à cocher une case confirmant que vous n’êtes pas un robot.

« Une photo de vous qui montre clairement votre visage »

Il peut aussi vous être demandé dé recopier des lettres déformés ou de sélectionner certaines images d’un puzzle. Récemment, un réseau neuronal a mis en doute la fiabilité de ces tests en parvenant à en résoudre un certain nombre.

Si l’on en croit cette capture d’écran d’un utilisateur du réseau social, Facebook demande désormais à certains de ses usagers de choisir une photo « qui montre clairement [leur] visage » en guise de CAPTCHA.

Détecter des « activités suspectes »

Facebook ajoute que la photo sera supprimée des serveurs du réseau social, après la vérification. Un porte-parole de l’entreprise a précisé que ce test avait pour finalité d’aider à « détecter les activités suspectes lors de différentes interactions sur le site, incluant la création d’un compte, l’envoi de demandes d’amis, les paiements des publicités et la création ou la modification de publicités. »

Parmi les méthodes de vérifications de Facebook, l’envoi de la photo fait partie des processus automatisés. Une capture d’écran postée par un utilisateur de Twitter — et depuis supprimée — laissait entendre que les membres de Facebook concernés n’avaient plus accès à leur compte pendant le processus de vérification de leur photo.

Récemment, le réseau social a également mobilisé une technologie de reconnaissance d’image pour lutter contre la pratique du revenge porn. En Australie, Facebook a ainsi proposé aux internautes de faire part de leurs inquiétudes concernant un cliché, en prévention d’une agression.

Partager sur les réseaux sociaux