La marque à la pomme vient d'obtenir un brevet portant sur une technologie d'écrans « flexibles » intégrés à des appareils électroniques. Apple mentionne la possibilité d'utiliser cette technologie sur un téléphone, dont le boitier serait lui-même pliable.

Qui de l’Américain ou du Coréen sera le premier à se lancer sur le marché du smartphone à écran pliable ? Tandis que Samsung envisage cette possibilité pour 2018 avec son modèle Galaxy Note 9, Apple vient de son côté de déposer une demande de brevet mentionnant des « appareils électroniques avec écrans flexibles » (« Electronic Devices With Flexible Displays »).

Le document précise que les appareils en question pourraient être des ordinateurs portables, des tablettes, des smartphones ou même des montres connectées, n’excluant donc aucun produit tech pour intégrer une technologie d’écran pliable.

À supposer qu’Apple mette à exécution son projet, il faudra attendre encore un moment avant de voir surgir un iPhone pliable — s’il voit le jour puisque les brevets ne garantissent pas la concrétisation de la technologie envisagée.

Écran et boitier flexibles

Néanmoins, le visuel accompagnant ce brevet laisse deviner qu’Apple étudie sérieusement la possibilité de rendre flexibles à la fois l’écran et le boîtier d’un appareil.

L’Américain et le Coréen ne sont pas les seuls constructeurs à lorgner du côté de la technologie des smartphones pliables. Nokia a également déposé — et obtenu — une demande de brevet pour un « appareil pliable » qui a tout l’air d’être un téléphone.

Toujours est-il que les marques doivent encore trouver les moyens de réaliser une telle prouesse technique ; pour certains scientifiques, la clé de la résistance des écrans pliables pourrait par exemple résider dans l’usage du graphène.

Partager sur les réseaux sociaux