L'Inde est un candidat de choix pour développer un réseau Hyperloop. Le pays est vaste et les besoins importants.

L’intérêt d’un projet de recherche industrielle comme l’Hyperloop est d’envisager un réseau de transport permettant de franchir de très grandes distances dans un délai assez court. Établir une ligne entre Paris et Melun n’a pas grand intérêt. En revanche, une voie qui irait de Lille à à Montpellier, en passant par quelques villes intermédiaires situées sur le parcours est bien plus pertinente.

Et plus le pays est vaste, plus un réseau Hyperloop peut être utile. On ne voit en effet pas bien ce qu’un tunnel souterrain ou aérien irait faire au Luxembourg, sauf dans le cas d’une voie européenne, comme une liaison Paris – Berlin, via le Luxembourg, Leipzig et Francfort. En revanche, dans des pays étendus comme le Brésil, les USA, le Canada, la Russie, la Chine ou l’Inde, on devine les bénéfices.

L’Inde, justement, apparaît comme un candidat très prometteur. La compagnie Virgin Hyperloop One est d’ailleurs en discussion avec New Delhi. Il faut dire que s’est ouverte une fenêtre d’opportunité puisque le gouvernement entend moderniser son réseau ferroviaire. Début 2015, un plan d‘investissement de 120 milliards d‘euros sur cinq ans a été dévoilé.

Connecter l’Inde.

« Si des réseaux Hyperloop étaient mis en place et reliés entre les trois États fédérés [Andhra Pradesh, Maharashtra et Karnataka], l’Inde pourrait créer un réseau national qui permettrait de voyager dans les grandes villes en moins de deux heures. Il pourrait créer la plus grande zone urbaine connectée au monde en reliant plus de 75 millions de personnes à travers les trois États » commente le groupe.

La concurrence est sur le coup

Cette présentation conduite par Virgin Hyperloop One survient alors que le pays a signé en septembre un accord d’entente avec une société concurrente, l’entreprise Hyperloop Transportation Technologies, en vue de potentiellement y installer ce mode de transport futuriste. Plus exactement, l’accord a été signé avec le Conseil pour le développement économique de l’État d’Andhra Pradesh.

Ici, le projet est plus modeste : il s’agirait de raccorder le centre des villes d’Amaravati, la future capitale de l’État, et de Vijaywada. Ces deux localités, séparées par le fleuve Krishna, l’un des plus longs du pays, sont distantes l’une de l’autre d’environ 50 kilomètres : l’Hyperloop les relierait en seulement 6 minutes contre plus d’une heure actuellement en voiture.

À lire sur Numerama : Constructeurs, calendrier, projets  : tout ce qu’il faut savoir sur l’Hyperloop

Partager sur les réseaux sociaux