Il a suffi de quelques minutes à un drone qui volait dans l'enceinte de l'aéroport Londres-Gatwick pour semer la pagaille dans le ciel, et sur les pistes. Une vidéo montre comment l'appareil a bouleversé le trafic aérien de l'aéroport en juillet dernier.

Un seul drone surgit et c’est tout un aéroport qui est chamboulé. Le personnel de l’aéroport international de Londres-Gatwick, situé à une quarantaine de kilomètres de la capitale britannique, se rappellera sûrement longtemps de l’appareil venu lui rendre une petite visite le 2 juillet 2017.

Son apparition soudaine a en effet obligé l’aéroport à fermer temporairement ses pistes, entraînant d’importantes perturbations pour tous les vols qui se préparaient au mouvement à ce moment-là. Pendant presque un quart d’heure, les contrôleurs aériens ont préféré interrompre le décollage et l’atterrissage des avions concernés.

Petit drone, grosses perturbations

Dans la foulée de l’incident, le NATS — le principal prestataire de services de navigation aérienne au Royaume-Uni — a publié une vidéo montrant en infographie comment l’aéroport s’est adapté à la présence de ce drone intrus dans son sillage.

L’aéroport a préféré suspendre les atterrissages et réorienter certains avions, qui risquaient de manquer de carburant, vers d’autres aéroports. Le ciel s’est rapidement retrouvé saturé d’avions évoluant en cercles et zigzags, comme le montre la vidéo. Après plusieurs vérifications, l’aéroport a constaté que le drone avait disparu et a réouvert la piste aux atterrissages au bout de neuf minutes.

Le retour du drone intrus

Dix-sept minutes plus tard, le drone a été repéré une nouvelle fois, obligeant l’aéroport de Londres-Gatwick à interrompre les atterrissages et détourner les vols de leur destination initiale pendant cinq minutes. À 18h41, l’aéronef a définitivement quitté les lieux ; les conséquences de son passage sur le trafic de l’aéroport se sont fait ressentir jusque dans la soirée.

« Rappelez-vous, si vous faites fonctionner un drone, vous êtes un pilote, et il est de votre responsabilité de voler en toute sécurité », rappelle le NATS à la fin de cette vidéo. On ignore si le message est parvenu jusqu’au propriétaire de ce drone espiègle.

Partager sur les réseaux sociaux