Google a procédé au déploiement de ses ballons stratosphériques, conçus dans le cadre du projet Loon, pour apporter aux habitants de Porto Rico une connexion Internet acheminée par les airs.

Des ballons stratosphériques peuvent-ils représenter une solution provisoire dans les régions du monde ayant subi une catastrophe naturelle ? C’est ce que pense Google : s’il n’a pas été prévu pour ça au départ, son projet Loon apparaît en mesure de venir en aide à des populations locales en difficulté, en leur délivrant un accès à Internet — qui est de plus en plus perçu comme un service de base — temporaire en attendant que les installations au sol soient remises en état.

Et de la théorie à la pratique, Google a franchi le pas. Vendredi 20 octobre, l’entreprise a fait savoir qu’elle a officiellement déployé ses moyens aériens, en coordination avec le gouvernement de Porto Rico ainsi que les structures étatiques concernées (l’administration de l’aviation civile, la commission fédérale des communications et l’agence des situations d’urgence, notamment). C’est ce qu’explique Alastair Westgarth, le patron de Google Loon.

Ciel
CC Donald Tong

Il n’a pas été simple pour la firme de Mountain View de répondre à ce défi. Il a d’abord fallu procéder à l’acheminement par avion les ballons du Nevada jusqu’à Porto Rico. Il a ensuite été nécessaire de déployer au sol quelques infrastructures indispensables pour que la liaison entre les ballons et les personnes aux alentours puissent se faire. Ce travail, Google n’a pas pu le faire seul. Comme le raconte Alastair Westgarth, il a fallu compter sur d’autres sociétés, comme SES Networks et Liberty Cablevision.

C’est la même chose pour la connexion elle-même. Pour cette partie, Google s’appuie sur AT&T, qui est l’un des géants de la téléphonie et de l’accès à Internet aux États-Unis. Le plus gros, avec Verizon. Dans le cas de Porto Rico, les deux entreprises se sont associées pour apporter une connectivité 4G aux personnes qui disposent d’un accès compatible. Mais du fait des circonstances spéciales dans lesquelles Google Loon a été déployée, il n’est visiblement pas question de visiter n’importe quoi.

porto-rico
CC Patrick McDonald

Reconnecter une île déconnectée

C’est ce qui transparaît entre les lignes d’un commentaire du patron du projet : « en collaboration avec AT&T, le Projet Loon délivre maintenant des possibilités basiques de communication et d’accès à Internet comme l’envoi de messages écrits et la visite d’informations en ligne pour certaines personnes ayant des téléphones compatibles LTE ». En clair, Google Loon n’a pas été mis en place pour passer le temps sur le net ; bref, pour servir à des choses futiles.

Rappelons que l’île américaine a été sévèrement affectée par le passage de l’ouragan Maria, à la fin du mois de septembre. Outre les dégâts immenses faits aux habitations et aux infrastructures publiques, il est apparu que 95 % des installations au sol pour la téléphonie mobile ont été mises hors d’état. Idem pour 85 % des câbles téléphoniques et d’Internet situés en surface.

À Porto Rico vivent un peu moins de 3,5 millions d’individus.

Partager sur les réseaux sociaux