En attendant l'arrivée des voitures autonomes dans nos rues et notre quotidien, ces véhicules doivent répondre à de nombreuses questions, notamment en matière de sécurité. Waymo, la filiale de Google dédiée à cette technologie, commence déjà à former les forces de l'ordre à cette future coexistence sur la route.

Le futur du transport semble plus que jamais appartenir à la conduite autonome. Mais il faudra que cette technologie soit strictement encadrée pour que les conducteurs d’aujourd’hui cèdent leur place à une intelligence artificielle suffisamment développée et équipée pour rouler en garantissant une sécurité à nulle autre pareille.

Mais les acteurs désireux d’être leaders du marché sont très impliqués, notamment Waymo. La filiale d’Alphabet (Google) — qui accuse Uber de vol de technologie autour de la voiture autonome — a publié un long rapport détaillant notamment ses tests en compagnie des forces de l’ordre.

Sensibilisation de la police

L’une des interrogations que pose la conduite autonome est en effet liée à la police et à la manière dont les agents devront gérer ces véhicules en cas d’accident. D’autant que la législation a encore du mal à trancher sur la responsabilisation dans ce genre de situation. Voilà pourquoi Waymo travaille de concert avec la police américaine, dans les États où il expérimente ses voitures (Arizona, Californie, Texas et Washington). Le but ? La sensibiliser aux véhicules autonomes pour qu’elle les identifie plus facilement et, par extension, réagisse au mieux.

Pour garantir la sécurité, une voiture autonome devra se prévaloir de plusieurs réactions indispensables. On pense par exemple à l’arrêt d’urgence à l’approche d’un accident ou à l’appréhension des conditions extérieures impraticables (pourra-t-elle rouler en cas de tempête de neige ?). Elle devra également revendiquer un système de communication fiable et rapide pour alerter les forces de l’ordre en cas d’incident afin de garantir une prise en charge la plus immédiate possible. Pour terminer, il faudra qu’elle soit apte à laisser passer des véhicules en cas d’urgence, par l’intermédiaire de capteurs comprenant qu’une sirène retentit et qu’il faut céder le passage.

«  Nos voitures autonomes sont pensées pour interagir avec les forces de l’ordre et répondre de manière sécurisée sur la route   » rappelle Waymo, confirmant de jour en jour son implication sur ce potentiel marché d’envergure.

Partager sur les réseaux sociaux