On en sait plus sur l'Ataribox à la faveur d'un entretien accordé par Feargal Mac, son créateur, à nos confrères de GamesBeat.

Atari reste très prudent avec la divulgation d’informations sur son Ataribox, sa console pensée pour allier du rétro à du divertissement plus actuel, en allant plus loin que les Mini de Nintendo. Il y a quelques semaines, nous avons découvert son design, très spécial, et désormais, nous en savons un peu plus sur ce que renferme cette machine dont le prix sera compris entre 250 et 300 $. Une campagne de financement participatif sur Indiegogo sera lancée cet automne pour une sortie au printemps prochain.

Atari a choisi AMD

L’Ataribox s’appuiera donc sur un processeur custom AMD, avec un GPU Radeon, et fera appel à Linux pour un maximum de flexibilité et de personnalisation. Dans les colonnes de GamesBeat, Feargal Mac, son papa, a confié que l’Ataribox pourra faire tourner des jeux (PC) et des applications, lire de la musique, naviguer sur internet ou encore proposer du streaming. En termes de puissance, il faut s’attendre à l’équivalent d’un PC moyen de gamme — même si on émet quelques doutes sur cette affirmation.

En parallèle, Feargal Mac a rappelé les ambitions se cachant derrière l’Ataribox, à savoir de concevoir une box télé apte à accueillir des jeux rétros du catalogue Atari mais aussi des indies d’aujourd’hui (comme Minecraft). Tout en misant sur l’héritage de la société, « Nous avons suscité beaucoup d’engouement  » confie ainsi Feargal Mac.

En tout cas, l’Ataribox ne devrait pas être fermée, « les gens sont habitués à la flexibilité d’un PC et la plupart des produits connectés à la TV sont fermés et ont leur propre store. L’Ataribox est une plateforme ouverte et alors que notre interface sera simple à utiliser, les utilisateurs pourront customiser l’OS  » ajoute l’intéressé, se prenant à rêver d’un accès à des jeux d’autres fournisseurs (Steam ?).

Il reste encore beaucoup de choses à découvrir et à préciser concernant cette Ataribox, qui évoluera aussi au gré des feedbacks des fans (contenu, couleurs, éditions spéciales, options de design). Mais, peu à peu, le teasing s’estompe et la réalité prend forme.

Partager sur les réseaux sociaux