Confession : le fondateur de Microsoft s'explique aujourd'hui sur une des aberrations ergonomiques originelles de Windows, la fameuse combinaison Control-Alt-Suppr. Imposé par IBM à l'époque, ce raccourci pèserait aujourd'hui sur la conscience de Gates.

Le milliardaire Bill Gates a finalement avoué ce mercredi la raison derrière l’invention étrange du raccourci control + alt + delete (suppr.) qui a longtemps servi à redémarrer les ordinateurs sous Windows.

À l’en croire, cette étrange et peu instinctive combinaison de touches ne serait pas de son fait.

L’homme derrière Microsoft a ainsi confié lors d’une conférence organisée par Bloomberg :  « Si je ne devais changer qu’une seule chose, j’en ferais une touche unique  ». Selon d’autres souvenirs du milliardaire, cette drôle d’idée viendrait d’IBM.

L’IBM PC / CC. Boffy B.

De coïncidences en coïncidences

En 2013, il revenait déjà sur ce choix devant des étudiants de Harvard : « Nous aurions pu avoir un seul bouton. Mais le gars qui avait réalisé le design du clavier IBM ne voulait pas nous accorder une touche supplémentaire…  » Un choix un peu hasardeux, qui rappelle la toujours savoureuse histoire du deal entre IBM et Bill Gates qui marquait le début de la fortune de cet ingénieur informatique que rien ne prédestinait au succès fulgurant.

Pour rappel, le géant de l’informatique américain signera avec Gates alors même que celui-ci ne disposait pas encore d’un OS. Mais les négociations avec Gary Kildall ayant échoué, l’Américain était disposé à payer peu pour son software, même si ce dernier se révélera être un plagiat du travail de Kildall.

Toutefois, MS-DOS était né et Microsoft allait ainsi dominer l’informatique jusqu’à l’arrivée des smartphones.

Partager sur les réseaux sociaux