On ne pouvait décemment pas aller au salon automobile de Francfort sans essayer une voiture. Notre choix s'est posé sur la Smart électrique. Parce que conduire une Ferrari ou une Porsche, c'est surfait.

En 2020, toutes les nouvelles Smart seront 100 % électriques. C’est le plan du groupe Daimler, qui a annoncé la volonté d’électrifier l’ensemble de ses marques à l’horizon 2022. Les voitures Smart, elles, auront droit à un petit traitement de faveur, explicable par leur nature très orientée citadine — disons même que les voitures ont été exclusivement pensées pour un usage en ville. Une telle philosophie justifie l’abandon progressif du thermique, les conducteurs urbains étant moins enclins à avaler des kilomètres, tout du moins au quotidien, plus concrètement pour un trajet maison-boulot puis boulot-maison.

Un aperçu du futur

Daimler a déjà commencé à commercialiser des Smart électrifiées. Depuis juillet de cette année. Elles sont 100 % électriques et cohabitent, pour l’heure, avec des variantes essence. Dans la gamme, on y trouve la ForTwo, la ForFour et la Cabriolet, mais pas (encore ?) les moutures sportives Brabus. On a souri en la voyant mais il existe aussi une déclinaison pour la Police — ce n’est pas une blague. Comptez 22 950 € minimum pour en acheter une, hors bonus écologique, variant entre 6 000 et 10 000 €, qui ramène presque le prix à celui d’une thermique.

L’autonomie est pour le moment limitée à 160 kilomètres NEDC — ce qui peut être beaucoup moins en pratique au regard des conditions extérieures (la température) et de l’utilisation- – et il n’est pas certain qu’elle évolue grandement à court terme. La taille de la batterie régit  effectivement sa capacité, conditionnant son poids et son coût, soit deux critères primordiaux pour une Smart pensée pratique et accessible. Quand on demande à un représentant de la marque si une telle autonomie est suffisante, il répond que les utilisateurs parcourent en moyenne 30 à 35 kilomètres par jour. Autrement dit, avec 160 km, la Smart est large et, au pire, il y a toujours le mode économique pour gratter un peu.

La Smart en force

À l’IAA 2017 de Francfort, la Smart était, en tout cas, présente en force. L’imposant hall qui lui est dédié représente plutôt bien les ambitions de Daimler pour cette citadine amenée à pulluler dans nos rues. Une éventualité corroborée par notre essai de quelques minutes de cette petite voiture qui en a dans le ventre. La ForTwo Cabriolet 100 % électrique que nous avons conduite est porteuse de belles promesses en matière d’usage dans des villes ne demandant qu’à être désengorgées et moins polluées.

Facile à prendre en main, la Smart se distingue surtout par sa direction d’une souplesse à nulle autre pareille, autorisant des braquages à la fois fluides et serrés en deux temps trois mouvements, bien aidés, il est vrai, par ses mensurations compactes (ne vous attendez pas à un coffre immense mais on en a rarement besoin pour aller au travail).

Le bloc électrique offre des accélérations franches — surtout au démarrage —  pour une vitesse maximale fixée à 130 km/h et il y a vraiment cette impression de conduite légère et agréable, idéale in fine pour se faufiler dans des espaces étroits et, ainsi, trouver une place plus facilement et avec moins de stress. On ne pourra rien affirmer, en revanche, sur la tenue de route mais plusieurs experts s’accordent à dire qu’elle a évolué positivement depuis les premiers modèles de Smart.

On ne sait pas vraiment à quoi ressemblera la ville de demain. Mais la Smart 100 % électrique revendique des atouts pour s’y fondre sans sourciller en devenant le meilleur compagnon des working girls et boys ne parcourant qu’une trentaine de kilomètres chaque jour pour faire la navette entre domicile et lieu de travail. Ses désavantages en matière de design, notamment cette taille riquiqui sacrifiant le coffre et peu enclin à accueillir les personnes de grande taille (1m80, ça passe), deviennent des forces dès lors qu’il faut simplement aller d’un point A à un point B avec le moins de contraintes possible.

En espérant que les bornes de rechargement se multiplient en adéquation, sans quoi la Smart de 2020 sera beaucoup trop en avance sur son temps. Un comble pour une voiture déjà disponible.

Partager sur les réseaux sociaux