Après BlaBlaCar pour les longs trajets partout en France, le service de covoiturage s'attaque à de plus petits trajets avec BlaBlaLines. Cette nouvelle application, tout juste lancée sur iOS, propose désormais ses services à la région parisienne, pour faciliter le covoiturage sur le chemin quotidien du travail.

 

Dans la bataille qui fait rage en ce moment entre Anne Hidalgo, maire de Paris, et les automobilistes de la région parisienne, BlaBlaCar pourrait jouer un rôle inattendu et pour le moins bénéfique. Après différents tests dans les régions toulousaine et rémoise, une nouvelle application du service de covoiturage débarque dans la capitale et l’Île-de-France : il s’agit de BlaBlaLines, un service de covoiturage pour les trajets quotidiens.

Lancée en mai sur Android, l’application est maintenant disponible également sur iOS et permettra aux franciliens de proposer un partage de leur court trajet quotidien pour aller au travail. Les passagers peuvent choisir le trajet qui passe le plus près de leur destination, afin d’éviter un détour à l’automobiliste.

Cette optimisation des points de rendez-vous vise à  transformer les trajets en voiture en de véritables navettes, sans pour autant gêner les conducteurs.

Développer les formes de mobilité alternatives

Ce déploiement parisien de BlaBlaLines fait suite à une période d’expérimentation des plus positives, effectuée sur deux axes, Reims — Châlons-en-Champagne et Toulouse — Montauban. Les retours des utilisateurs démontrent un certain intérêt pour le service, avec près de 2 000 trajets aller-retour proposés sur le premier axe, et près de 5 000 pour l’autre zone test.

Avec près de 43 % d’habitants d’Île-de-France qui partent travailler en voiture, le service semble des plus adaptés à la région. D’autant qu’avec la volonté d’Anne Hidalgo de vider petit à petit le centre ville des voitures polluantes et de diminuer le nombre de véhicules sur les routes en mettant en avant des solutions alternatives, BlaBlaLines semble tomber à point nommé.

La mairie de Paris s’en réjouit d’ailleurs, déclarant, notamment, soutenir « la pratique du covoiturage, qui s’inscrit dans cette politique permettant de réduire la congestion et d’améliorer la mobilité des Parisiens et Franciliens au quotidien, tout en réduisant la pollution et ses effets.  »

D’autant que ce mode de transport apparait aussi écologique — partager son trajet en voiture permettant de réduire les embouteillages et l’empreinte écologique — qu’économique — avec notamment 10 € offerts aux nouveaux conducteurs s’inscrivant sur le service, mais aussi des trajets moins chers que certains services de VTC.

Partager sur les réseaux sociaux