Samsung va-t-il lancer proposer des écrans pliables avec le Samsung Galaxy Note 9 en 2018 ? C'est bien possible, selon un cadre supérieur du groupe sud-coréen.

Le Samsung Galaxy Note 8 a donc été présenté le 23 août. Comme souvent avec ce genre de terminal, c’est l’écran qui retient d’abord l’attention avec une diagonale de 6,3 pouces — ce n’est pas par hasard qu’on le classe dans la catégorie des phablettes — , un affichage Amoled, une définition QHD avec un ratio de 18,5:9 et une esthétique sans bordure.

Mais l’écran du Galaxy Note 8 pourrait être le dernier à avoir une « géométrie fixe ». En effet, la prochaine itération de la gamme est susceptible d’être équipée d’un écran… pliable. C’est ce qu’a déclaré Koh Dong-jin, le président des opérations de Samsung Electronics dans le mobile, à l’Associated Press. « Notre objectif actuel est l’année prochaine », a-t-il confié. 2018, donc.

Notre objectif actuel est l’année prochaine

Sans en préciser la nature, l’intéressé a fait remarquer que des obstacles demeurent à la généralisation du procédé permettant de produire en masse des écrans pliables. Dès lors, le calendrier de 2018 a des chances d’être repoussé à une date ultérieure. Ce ne serait pas la première fois : en 2016, l’entreprise sud-coréenne devait lancer deux modèles avec ce type d’écran pour cette année.

« Nous traitons en profondeur plusieurs problèmes que nous devons surmonter, car nous ne voulons pas nous contenter d’en fabriquer quelques-uns, en vendre quelques-uns et en finir. On veut entendre que Samsung a fait un très bon produit », a-t-il ajouté, cité cette fois par Reuters.

Le Samsung Galaxy Note 8, dernier représentant de la gamme avec un écran rigide ?

Samsung a déjà présenté par le passé des prototypes d’écran Oled pliables. On se souvient par exemple de cette démonstration d’un écran Oled se pliant dans les deux sens. Cependant, la finesse des écrans Oled, qui leur permettent de se courber et de se plier, est aussi un facteur de fragilité. Afin que cette flexibilité tienne dans la durée, des travaux, notamment en direction du graphène, sont menés.

L’intérêt de Samsung pour les écrans pliables remonte à quelques années. En 2012, la compagnie a dévoilé un prototype d’écran flexible Amoled baptisé Youm. Et l’an dernier le groupe a fait un dépôt de brevet pour un terminal pliable. Toutes ces idées n’ont toutefois pas quitté le stade de la table à dessin ou, au mieux, des stands de présentation des grands salons de la high-tech.

2018 sera-t-elle le grand rivage des écrans pliables ?

Partager sur les réseaux sociaux