Si Instagram a récemment décidé de s’attaquer aux célébrités qui pratiquent le placement de produit sans le dire, le réseau social compte en son sein des salariés qui se livrent à un marché noir particulièrement rentable… et sur le dos de la plateforme.

L’enquête menée par Mashable révèle en effet que la petite coche blanche sur fond bleu, un badge de certification qui s’affiche à côté du profil, se vend très cher, de manière aussi illégale que discrète. Si Twitter et Facebook permettent à leurs utilisateurs de demander ce badge certifié — en expliquant la ou les raison(s) qui justifie(nt) de cette certification –, Instagram fait figure d’exception.

Les «  badges Vérifié » d’Instagram, apparus en 2014, ne peuvent en effet être ni requis ni achetés — du moins, en théorie. Ces coches prouvant «  qu’Instagram a vérifié qu’il s’agit d’un compte authentique pour la personnalité publique, la célébrité ou la marque mondiale qu’il représente  » sont officiellement réservées à « certaines personnalités, célébrités et marques […] pour [lesquelles] la probabilité d’usurpation d’identité est très élevée. » Cela va donc de stars comme Katy Perry à Diane Kruger en passant par des comptes officiels tels que celui de la saga Star Wars.

De 1 000 à 15 000 dollars

Le marché noir dévoilé par Mashable ne se limite pas à Instagram : certains vendeurs proposent des tarifs variables selon la plateforme. Il en coûtera par exemple 1 500 $ pour une certification sur Facebook, 2 500 $ sur Twitter et 6 000 $ sur Instagram. La rentabilité de ce business n’est plus à prouver, à en croire l’un des principaux intéressés : « Ces types payent toutes leurs factures grâce à une ou deux coches bleues par mois. »

Le « secret » n’en est visiblement pas un au sein de la communauté des utilisateurs les plus influents d’Instagram, comme en atteste James, un vendeur de certification qui a accepté de témoigner auprès de Mashable.

Après s’être fait connaître en vendant des comptes Instagram qu’il avait racheté pour leur valeur potentielle — grâce à leurs intitulés très populaires –, il est entré en contact avec un salarié d’Instagram intéressé par ses services d’intermédiaire. Depuis cette rencontre, James propose des certifications Instagram à des utilisateurs potentiellement intéressés, tandis que son collègue s’assure de leur offrir le sésame tant convoité.

Il leur en coûte 1 200 dollars — qui finissent dans la poche du salarié Instagram –, ainsi qu’une commission pour l’intermédiaire, qui se félicite de ces revenus faciles, parallèles à son métier de gérant de startup : « J’ai vendu des certifications qui ont coûté entre 1 500 $ et 7 000 $ ».

Un moyen de se sentir influent

La discrétion est toutefois de mise, Instagram ayant déjà licencié plusieurs salariés qui ont certifié certains comptes moyennant rémunération. De fait, James et son complice se font le plus discrets possible, en évitant de submerger l’entreprise de demandes de certification. D’autant que le flux général de certifications s’est considérablement ralenti au sein du réseau social ces derniers temps.

D’autres revendeurs de certification agissent ouvertement, à l’instar d’un entrepreneur contacté par Mashable qui propose directement ses services via Facebook Messenger. Ses propositions coûtent toutefois plus bien cher : il faut débourser 6 000 $ pour s’offrir la coche sur Instagram.

Pour certaines entreprises, le calcul est vite fait au vu de l’importance stratégique d’Instagram en matière de publicité et de visibilité auprès des clients potentiels. Sur Instagram, la coche blanche sur fond bleu permet de gagner brusquement en légitimité comme de bénéficier d’une visibilité accrue.

Pour d’autres utilisateurs certifiés, il s’agit d’un simple moyen de se sentir désiré ou influent. Les comptes dotés de la fameuse certification reçoivent en effet de nombreuses sollicitations d’utilisateurs envieux, comme l’explique l’acteur Adam Rose : « Vous vous retrouvez avec des tonnes de messages de personnes qui vous disent : ‘Comment tu as obtenu la coche bleue, mon pote ?’ »