Sur Facebook, vous pouvez bloquer n'importe qui : un inconnu, un troll, une ex, un voisin un peu lourd... Pour Mark Zuckerberg et sa femme Priscilla Chan, en revanche, c'est cause perdue puisque le site vous refuse cette possibilité. Tout simplement parce que trop d'utilisateurs les ont déjà bloqués.

Les réseaux sociaux ont pour avantage de vous permettre de faire totalement disparaître une personne indésirable et son compte de votre quotidien en quelques clics. Sur Facebook, la fonction « bloquer » peut être utilisée sur n’importe quel compte… sauf deux utilisateurs bien particuliers : son fondateur, Mark Zuckerberg, et sa femme Priscilla Chan.

Des internautes ont commencé à se rendre compte de l’impossibilité de bloquer Mark Zuckerberg dès janvier 2017. La demande, une fois formulée, faisait apparaître une page vous demandant les raisons précises de cette mise à l’écart.

Mais une fois la demande confirmée, un message s’affichait : « Ce profil ne peut pas être bloqué pour l’instant.  » Depuis quelques jours, le même message apparaît sur le compte de Priscilla Chan, selon The Guardian.

Capture d’écran de notre tentative de bloquer Mark Zuckerberg. Un échec.

Trop de personnes ont déjà bloqué Mark Zuckerberg

Une restriction un petit peu gênante pour certains utilisateurs, notamment anglophones, quand on sait que les messages postés par Mark Zuckerberg sont souvent mis en avant par l’algorithme du fil d’actualité Facebook, même lorsqu’on ne le suit pas. Malgré tout, il est quand même possible de bloquer sa sœur, Randi Zuckerberg et le chien du couple Facebook (qui a un compte, oui oui).

Mark ne supporterait donc pas d’être bloqué par les utilisateurs de son site ? La raison est toute autre si l’on en croit un porte parole du réseau social qui expliquait en juillet dernier : « Cette erreur n’est pas spécifique à un seul compte. Elle est générée lorsqu’une personne a été bloquée un certain nombre de fois. Dans de très rares cas, une campagne virale peut se développer en demandant à beaucoup de personnes de bloquer, à tort, la même personne.  »

C’est donc ce qui semble arriver à Mark Zuckerberg et sa femme. Une erreur permise par le code même de ce système de blocage, et non par une restriction volontaire. Ça tombe bien, le créateur de Facebook pourrait avoir quelques petites choses à dire à ses concitoyens américains d’ici 2020.

Partager sur les réseaux sociaux