Lancée ce printemps, la traduction du webmail sécurisé ProtonMail avance bien : le service de messagerie électronique est maintenant disponible en français.

Vous cherchez à quitter Gmail parce que vous ne voulez plus que Google affiche de la publicité ciblée dans votre boîte aux lettres ni qu’il puisse scanner automatiquement votre courrier électronique ? Alors peut-être devriez-vous jeter un coup d’œil du côté de Riseup, qui est une plateforme sécurisée pour ses mails, ou bien de ProtonMail, maintenant que le service est officiellement disponible en français.

La société basée en Suisse vient en effet d’annoncer mi-juillet que son webmail a été traduit intégralement dans la langue de Molière. Et histoire de marquer le coup et de faire dans le symbolique, l’équipe en charge du service de messagerie électronique a fait en sorte de synchroniser la sortie de la localisation française du portail et des applications mobiles avec la fête nationale du 14 juillet.

Il faut noter que le processus de traduction n’a pas été confié à un professionnel de la traduction. C’est la communauté elle-même qui s’en est chargée, bénévolement, à la suite d’un appel lancé ce printemps. En tout, ce sont plus de cent personnes qui ont contribué à adapter 10 000 phrases en l’espace de trois mois. Une traduction qui était nécessaire, au regard du succès croissant de ProtonMail dans l’Hexagone.

« Depuis le lancement de ProtonMail en 2014, le service a régulièrement gagné en popularité en France. Aujourd’hui, ProtonMail a des millions d’utilisateurs à travers le monde, et la France compte pour 10 % de l’ensemble des utilisateurs de ProtonMail, en deuxième place après les États-Unis », commente le site. Pourquoi un tel intérêt en France ? Le site ne l’explique pas.

Peut-être des réponses sont-elles à chercher du côté des révélations spectaculaires d’Edward Snowden, les documents confidentiels ayant montré une porosité très forte entre les géants du net et les services de renseignement américains, ainsi que dans la succession de lois qui ont été votées en France depuis 2015, comme celle consacrée au renseignement, et les prolongations continues de l’état d’urgence.

Mais en traduisant ProtonMail en français, ce ne sont pas que les Hexagonaux qui vont en profiter. En effet, la langue de Molière est parlée dans le monde entier : au Québec, en Belgique, en Suisse, au Luxembourg, dans de nombreux pays africains et de façon plus générale sur les cinq continents. Cette traduction ne concerne donc pas potentiellement 70 millions de locuteurs mais des centaines de millions.

Partager sur les réseaux sociaux