Disponible sur Android et iOS, Google Allo est pour l'instant absente du monde des ordinateurs. Mais la messagerie de la firme de Mountain View devrait bientôt arriver sur PC et mac.

La déclinaison pour ordinateur de l’application Google Allo tarde à pointer le bout de son nez. Alors que la messagerie instantanée de la firme de Mountain View a reçu des fonctionnalités plus ou moins anecdotiques (comme la faculté de créer des emojis avec son visage ou des animations à son effigie), la version PC / Mac du logiciel n’est toujours pas sortie.

Cela fait pourtant pratiquement dix mois que la version pour Android et iOS a été mise sur le marché. En début d’année, Nick Fox, le vice-président chargé de la communication des produits de Google, avait certes donné des petites nouvelles de ce portage, en partageant notamment une capture d’écran montrant l’interface du programme sur Mac, mais depuis la parole de Google s’est raréfiée.

Jusqu’à un certain samedi 8 juillet. Comme le pointent nos confrères de FrAndroid, Amit Fuley, le responsable du développement de l’application, a confié sur Twitter que ce n’était plus qu’une question de semaines. Un lancement avant l’automne est donc très probable, sauf imprévu. Notez toutefois qu’il existe plusieurs alternatives à Allo, en particulier si vous êtes à la recherche d’une messagerie mieux sécurisée.

Une application décriée

Son usage est en effet déconseillé par Edward Snowden, en raison de la conservation par défaut de tous les messages échangés. et que l’application n’a aucun chiffrement par défaut : c’est à l’usager d’activer le mode incognito dans les paramètres pour bénéficier du chiffrement de bout en bout. Deux points qui devraient être inadmissibles pour toute personne un peu soucieuse de sa vie privée.

Cette affaire avait conduit Google à prendre la parole face à la controverse. La firme américaine expliquait alors les raisons, que l’on peut entendre, qui l’ont amenée à ne pas généraliser cette option. L’entreprise, a-t-il dit, a dû arbitrer entre des contraintes contradictoires, à savoir la sécurité et des fonctions très utiles mais qui ne peuvent marcher que si des données sont lisibles.

Partager sur les réseaux sociaux