Le 1er juin dernier, Microsoft a lancé une nouvelle version de Skype disponible sur Android et iOS. Les retours des utilisateurs sont loin d'être positifs.

En perte de vitesse derrière Whatsapp, Facebook Messenger ou Snapchat, Microsoft s’est vu obligé de réagir en sortant une version revisitée de Skype, au grand dam des utilisateurs. En effet, Skype ne représenterait plus que 300 millions d’utilisateurs actifs contre 1,2 milliards pour Whatsapp et Facebook Messenger.

Cette « nouvelle génération Skype » a misé sur une modernisation de l’application, en introduisant notamment des fonctions comme les « Temps forts » qui s’inspirent des stories Snapchat. Désormais, l’application est décomposée en plusieurs sections telles que Capture avec laquelle on peut agrémenter ses photos et le Chat qui est la conversation Skype classique. Enfin, une section Find est proposée, grâce à laquelle l’utilisateur peut rechercher une information sans quitter l’application.  

Skype

Microsoft a donc cherché à rendre l’application plus interactive pour la tourner davantage vers le messaging et reléguant les appels vidéo au second plan, ce qui pose problème aux utilisateurs. En effet, nombreux ont été les retours négatifs face à cette version 8 de Skype. L’application serait difficile à gérer et des fonctions basiques supprimées comme le fait de voir quels contacts sont connectés ou non.

Résultat : la note moyenne de la nouvelle version sur l’App Store ne dépasse pas les 1,5 contre 4,5 avant l’update. Les commentaires négatifs se multiplient sur le Google Play Store et sur le site de Microsoft. Ce dernier a d’ailleurs publié une F.A.Q autour de ce nouveau Skype, dans laquelle il s’est engagé à remédier au plus vite à certains des défauts soulignés par les utilisateurs.

En attentant, la nouvelle version Skype sortira sur Windows et macOS d’ici quelques mois, en prenant peut-être compte des critiques des utilisateurs. Et malgré ces revers, Microsoft mise gros sur cet update, au point de supprimer la plupart des anciennes versions Skype d’ici le 1er juillet.

Partager sur les réseaux sociaux