Après un premier test raté en juin dernier, le programme Aquila vient d’enregistrer un succès. Pour son deuxième essai, le drone solaire autonome de Facebook qui vise à connecter les zones les plus reculées du monde à Internet, a pu récolter un maximum de données. Et il a surtout réussi son atterrissage.

Voilà quelques années maintenant que Facebook a lancé son programme de drone solaire autonome. Le premier test de cette aile volante qui doit offrir un accès à Internet dans les zones reculées du monde, s’était conclu par un échec à l’atterrissage, non communiqué par le réseau social mais dévoilé par une enquête du conseil national de la sécurité des transports (NTSB). Pour son deuxième vol d’essai, le drone Aquila a enfin enregistré son premier succès.

En effet, le 22 mai dernier, les ingénieurs de Facebook ont réalisé un nouveau test afin de récolter un maximum de donnée en vol et de réussir, cette fois-ci, l’atterrissage. Après environ une heure et 46 minutes de vol dans le ciel de Yuma en Arizona, l’Aquila a atterri sans difficulté sur une zone circulaire de 150 mètres de gravier, avec une couche semblable à du sable d’une profondeur de 15 centimètres.

L’expérience a été racontée dans une note de blog de Martin Luis Gomez, ingénieur chez Facebook.

Facebook a tiré des leçons du premier vol

Cette réussite est due aux leçons apprises lors du premier vol. Celui-ci avait duré 96 minutes, mais l’atterrissage avait été perturbé par de surprenantes conditions climatiques. Ainsi, pour palier les risques, des aérofreins ont été ajoutés aux ailes afin de solidifier et de réduire la remontée de l’appareil pendant l’atterrissage. Il a aussi pu s’appuyer sur des centaines de capteurs afin de récolter le maximum de données.

Le logiciel d’auto-pilotage a été modifié et le système de communication a été amélioré de plusieurs nouvelles radios. Le problème de l’atterrissage ayant été soulevé par le premier test, un système d’arrêt horizontal des hélices a également été ajouté afin de rendre plus doux le contact avec le sol en fin de vol.

Évoluant à 20 km d’altitude afin de couvrir une surface de 50 km, ces dispositifs volants et autonomes sont donc en bonne voie pour débarquer d’ici quelques années et ainsi permettre à des populations éloignées des réseaux de se connecter à l’immense toile mondiale. Et de rejoindre les 2 milliards d’utilisateurs de Facebook.

Partager sur les réseaux sociaux