Vous ne rêvez pas : vos Google Glass adorées (ou pas) vont enfin recevoir une mise à jour. Trois années après leur abandon par Mountain View, les lunettes connectées les moins réussies de la décennie sont invitées pour un nouveau tour de piste qui alimente les spéculations.

Il fut un temps, pas si ancien, où la réalité augmentée était un fantasme dont on pensait que le meilleur ambassadeur serait une paire de lunettes étranges ornées d’un micro écran en verre.

Nous étions alors en 2014 et certains pionniers, dont on rigole aujourd’hui, se pressaient pour acquérir ce que Google considérait comme une révolution.

Depuis, rien ne s’est passé. Ou si peu.

Bluetooth pour claviers et résolution de bugs

En septembre 2014, les Glass de Google, déjà en fin de route après avoir été introduites en 2012 par un Sergey Brin au comble de l’auto-satisfaction, reçoivent leur dernière mise à jour officielle. Foxconn arrête la production peu après, Google cesse les frais. Le rêve de Brin s’est heurté à la réalité.

Sauf que ce mercredi 21 juin 2017, alors qu’il n’existe, à notre connaissance, plus de développements relatifs aux Glass — qui restent utilisées dans des usines américaines — , une mise à jour est proposée par Google.

Appelée XE23, la mise à niveau doit intégrer le support du bluetooth pour les claviers et autres accessoires ainsi que les habituelles résolutions de bugs et une amélioration des performances. Mais pour qui est-elle donc réalisée ? Il était entendu que depuis au moins trois ans, le projet était mort.

Google Glass closeup

The Verge devine que la mise à jour est en réalité ancienne et n’a été déployée, par oubli ou omission, qu’aujourd’hui. Mais certains veulent également croire que cette nouvelle vient rallumer la flamme des Glass, révolution trop tôt partie selon ses quatre utilisateurs (tous de la famille de Brin).

Enfin, rappelons tout de même qu’officiellement, Alphabet travaille toujours sur des lunettes pour professionnels, mais le projet Aura ne semble pas avoir beaucoup de similarités avec les Glass et demeure une arlésienne. Le mystère reste donc complet, alors que l’avenir passe, selon certains spécialistes, par la réalité mixte.

Partager sur les réseaux sociaux