Le service de VTC Lyft, concurrent d'Uber, vient de publier ses ambitieux objectifs écologiques. L'entreprise américaine compte sur les voitures autonomes électriques pour réduire les émissions de CO2 de tout le secteur automobile américain d'ici 2025.

Alors qu’Uber s’embourbe dans ses affaires, son plus gros concurrent, Lyft, vient de dévoiler ses objectifs écologiques. Le service de VTC liste différents engagements concernant l’impact de ses futurs véhicules autonomes sur le climat. La démarche s’inscrit dans la lignée des décisions prises par certaines entreprises aux États-Unis pour respecter l’accord de Paris, maintenant que Donald Trump a annoncé le retrait du pays.

Les objectifs de Lyft, détaillés dans une note de blog, sont pour le moins ambitieux. Ils se divisent en trois points : d’abord, l’entreprise s’engage à faire en sorte que toutes les voitures autonomes électriques de son parc de véhicules soient alimentées en énergie renouvelable, et ce grâce notamment au partenariat avec nuTonomy.

Viennent ensuite les deux objectifs à plus long terme. Lyft s’engage, d’ici 2025, à proposer un minimum d’un milliard de courses réalisées par des voitures autonomes électriques. S’il est atteint, ce but permettrait par extension de réduire les émissions de CO2 de tout le secteur automobile américain d’au minimum 5 millions de tonnes par an, d’ici 2025 également — une date qui revient souvent chez Lyft.

lyft-land-rover-jaguar
Crédits : Jaguar

Lyft recrute un spécialiste de la lutte contre le réchauffement climatique

La feuille de route de la compagnie californienne nécessitera clairement l’accélération de la production de véhicules autonomes pour répondre à ces demandes. L’entreprise croit beaucoup en cette stratégie, qui permettrait selon elle de faire en sorte que les véhicules électriques représentent une nette majorité des voitures en circulation d’ici 20 ans.

Pour développer cette ligne de conduite, en plus de l’investissement massif de General Motors d’il y a quelques années, Lyft a recruté l’auteur Paul Hawken, directeur du Projet Drawdown de lutte contre le réchauffement climatique et pionnier en matière d’environnement, afin de conseiller l’entreprise sur les choix écologiques à suivre.

Reste que l’annonce d’objectifs ambitieux n’engage en rien : Lyft s’offre ainsi une image d’acteur écologique, mais il reste à voir si l’entreprise tiendra ses promesses. On notera le bon sens du timing de cette annonce survenue en pleine période de changement chez son rival Uber. En janvier 2017, l’entreprise avait d’ailleurs bénéficié du mouvement de boycott anti-Uber en le devançant pour la première fois en nombre de téléchargements.

Partager sur les réseaux sociaux