Avant de développer Facebook, Mark Zuckerberg programmait déjà sur son temps libre. Enfant, il avait même conçu une messagerie instantanée pour son père, afin qu'il puisse communiquer avec ses collègues et sa famille.

Dans l’imaginaire collectif, Mark Zuckerberg est connu pour avoir donné naissance à Facebook en 2004 avec quelques camarades de classe. Mais avant d’accoucher du plus important réseau social de notre temps, l’Américain de 33 ans manifestait déjà dès son plus jeune âge un intérêt certain pour la programmation informatique. C’est ce qu’il a confié à l’occasion d’un podcast.

Alors qu’il entrait à peine dans l’adolescence, Mark Zuckerberg s’était lancé dans le développement d’une application de messagerie instantanée pour son père. Le futur inventeur de Facebook, qui avait à ce moment-là entre 10 et 12 ans, voulait permettre à son paternel de pouvoir à la fois continuer à discuter avec ses collègues dans son cabinet dentaire mais aussi avec le reste de sa famille.

mark_zuckerberg
Depuis ZuckNet, Mark a fait pas mal de chemin.
CC Maurizio Pesce

« En grandissant, l’un des aspects plaisants était que le cabinet dentaire de mon père était effectivement connecté à notre maison. Les dentistes et les assistants avaient besoin de partager des données sur les patients. Donc j’ai construit un système dans lequel il pouvait communiquer avec les gens entre les différentes pièces mais aussi avec mes sœurs et moi à l’étage — je l’ai appelé ZuckNet », a-t-il expliqué.

« C’était en somme notre petit réseau, dans la maison Zuckerberg, et c’était amusant. En gros, c’était le prédécesseur d’un tas d’idées différentes de logiciels sociaux que j’ai explorées au fil du temps […] Et puis, bien sûr, AOL Instant Messenger a débarqué et tout le monde s’est mis à l’utiliser », a-t-il ajouté. Le temps de ZuckNet était alors révolu. Mais Mark a depuis bien longtemps pris sa revanche.

aim-aol
CC Frank Gruber

Grâce au succès incroyable de Facebook, le trentenaire est aujourd’hui à la tête de deux des messageries instantanées les plus répandues au monde : Messenger, qui est l’outil de discussion interne du site communautaire, afin de tenir des conversations avec un seul interlocuteur ou en petit comité, et WhatsApp, une plateforme développée par des tiers que le réseau social a acheté en 2014 pour 19 milliards de dollars.

Cela étant, tous les projets de Facebook en matière de discussion instantanée n’ont pas abouti. Et si ZucketNet a fini par être délaissé assez naturellement par ses premiers utilisateurs, d’autres outils ont connu des échecs plus retentissants. Il y a trois ans par exemple, le site avait essayé de concurrencer Snapchat avec un concept de messagerie éphémère, Slingshot. L’outil n’a toutefois pas convaincu grand monde.

Partager sur les réseaux sociaux