En instaurant un système de contributions entre les développeurs membres de sa plateforme, GitHub ne tend pas seulement à rendre son propre fonctionnement démocratique. La plateforme de partage de code incite aussi les géants du web à travailler en open source.

21 millions de développeurs web qui travaillent sur pas moins de 59 millions de projets : c’est sur ces chiffres impressionnants que s’est ouvert, le 22 mai 2017, la GitHub Satellite à Londres. Chris Hamstrath, le CEO de la plateforme de développement de logiciels en open source, accompagné de son équipe, est venu présenter aux membres de GitHub, au public et à la presse, les réalisations et les futures perspectives du site lancé en 2008.

En 9 ans, GitHub a contribué à bousculer la place de l’open source dans le travail des développeurs web. Pour Mike McQuaid, ingénieur spécialisé dans l’open source chez GitHub, le fonctionnement de la plateforme peut même être qualifié de « démocratique ». Pour rappel, GitHub fonctionne sur la base des contributions de ses membres, qui peuvent proposer librement des modifications à apporter aux projets présents sur la plateforme.

Mike McQuaid et Kat Fukui lors de la GitHub Satellite. / Photo Numerama

De contributeur à mainteneur

Les propositions de ces contributeurs sont alors validées par un autre type de membre de la plateforme : le mainteneur (maintainer). « Le mainteneur est généralement l’une des premières personnes qui a créé le projet, nous explique Mike McQuaid. Ensuite, ce sont généralement des gens qui ont contribué. Quand ils arrivent au moment où tous leurs travaux sont bons et qu’il n’y a plus besoin de les vérifier, et que, peut-être, ils aident d’autres personnes à faire des changements, à ce moment ils deviennent de bons candidats pour devenir des mainteneurs dans des projets. C’est un système démocratique. »

Selon l’ingénieur, cette dimension démocratique est l’un des atouts phares de GitHub pour l’avenir. « Quand j’ai commencé avec les logiciels en open source, je dirais, il y a dix ans peut-être, quand j’étais à l’université, tous les projets étaient gérés de manière différente, se remémore-t-il. Il y avait des contributeurs pour tel projet, tel projet, et tel autre projet, et chacun devait communiquer avec l’autre par mail. Github, lui, est unifié. »

Chris Wanstrath, le CEO de GitHub, lors de la GitHub Satellite / Numerama

Des projets de Google et Microsoft dans le giron de GitHub

Plus encore, cette tendance à la démocratisation inscrite dans l’ADN de GitHub semble être son meilleur outil pour challenger le marché des nouvelles technologies, y compris ses entreprises les plus éminentes et rentables. «  Beaucoup d’entreprises, avant, avaient leur propre plateforme en open source, nous explique Mike McQuaid. Comme Google Code, et CodePlex chez Microsoft, qui ont fermé leurs services car les gens étaient en train de venir vers GitHub. Cela correspond au moment où Google et Microsoft ont justement lancé leurs projets sur GitHub. » Or, grâce à cette migration, de grandes entreprises de la high tech contribuent d’autant plus à rendre démocratiques les échanges entre développeurs.

N’importe quel ordinateur est aujourd’hui concerné par l’open source

« Vous avez une situation où, si je commence un projet en open source, j’ai les mêmes ressources qu’une personne sur Github ou sur Microsoft, complète le développeur. Toutes les grosses entreprises des nouvelles technologies, que ce soient Google, Microsoft ou Facebook, font une si grande part de leur travail en open source maintenant, que le nombre de logiciels développés en open source augmente, cela veut bien dire que chacun peut y accéder, contribuer et y travailler. Je pense que nous allons dans ce sens, que les logiciels sont de plus en plus libres.  »

«  D’ailleurs, essayez aujourd’hui de trouver un ordinateur qui n’est pas, d’une manière ou d’une autre, concerné par l’open source » conclut-il.

Partager sur les réseaux sociaux