Au mois d'avril 2017, des utilisateurs britanniques de Shazam ont pu constater que l'application avait parfois du mal à retrouver le nom de certains morceaux. Ce n'était pas un bug, mais une initiative destinée à sensibiliser à la maladie d'Alzheimer.

Si par hasard vous vous trouviez au Royaume-Uni en avril 2017, et que vous avez ouvert l’application Shazam, vous avez peut-être eu une surprise. Habituellement, le service identifie les morceaux que vous lui soumettez en comparant le son qui parvient dans le microphone de votre appareil avec les enregistrements sonores de sa propre base de données.

Or, les utilisateurs britanniques ont pu constater une étrange réaction sur l’application le mois dernier. Shazam ne parvenait pas à retrouver certains titres, comme s’il était soudainement pris d’un trou de mémoire. L’application envoyait même de petits messages expliquant à son utilisateur qu’elle cherchait le titre du morceau, mais n’arrivait pas à le retrouver.

Un « bug » pour la bonne cause

Que les mélomanes ou inconditionnels de Shazam se rassurent, l’application n’a rencontré aucun dysfonctionnement. Au contraire, ce petit bug avait même un but utilitaire, puisqu’il s’inscrivait dans cadre d’une initiative baptisée « The Day Shazam Forgot » et destinée à sensibiliser les utilisateurs aux difficultés quotidiennes rencontrées par les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer.

Shazam

À chaque fois que l’application arrivait finalement à trouver le nom de la chanson, elle diffusait ensuite une annonce au sujet de l’Alzheimer Research UK, un organisme à but non lucratif. Plus de 5000 personnes se sont rendues sur la page de dons de l’organisme après avoir visionné cette campagne, indique The Verge.

Les problèmes de mémoire compromettent les tâches quotidiennes et les moments affectifs

« En plus d’interférer avec les tâches pratiques quotidiennes de la vie, les problèmes de mémoire compromettent aussi d’autres moment — les liens affectifs avec les personnes, les lieux et d’autres stimuli peuvent être perturbés. Notre projet sur Shazam ne s’attarde que sur l’un de ces éléments –, se rappeler d’une chanson », explique Tim Party, directeur de la communication chez Alzheimer Research UK.

La musique, un repère d’identité

Le choix d’une application dédiée à la musique n’est pas anodin ; en effet, des travaux ont conclu que son écoute est intimement associée à nos émotions ; plus encore, il s’agit d’un marqueur d’identité très fort — notamment les chansons que nous écoutons pendant l’adolescence.

« Chaque fois que nous entendons une nouvelle chanson, ou que nous formons un souvenir autour d’un morceau dans notre vie, des liens physiques sont forgés dans notre cerveau, et ils peuvent durer toute une vie. Pour quelqu’un souffrant de démence, en particulier de la maladie d’Alzheimer, ces connexions risquent de se détruire, et chez les personnes à un stade avancé de la maladie, de nombreuses connexions sont perdues », poursuit Tim Party.

Si la symbolique de l’initiative est nécessairement limitée, puisqu’elle réduit la perception de la maladie à ce qui s’apparente plutôt à un oubli temporaire, elle a au moins au le mérite d’avoir attiré l’attention des utilisateurs de Shazam. En France, plus de 200 000 cas d’Alzheimer sont diagnostiqués chaque année.

Partager sur les réseaux sociaux