Snapchat multiplie les partenariats avec des médias télévisés dans le cadre de sa stratégie vers une « Snapchat TV ». Si les motivations du réseau social jaune au petit fantôme sont proches de celles de Twitter, leurs stratégies ne sont pas identiques.

Le futur de la télévision ne s’écrira pas sans les réseaux sociaux. Alors que Twitter confirme ses ambitions de devenir une référence en matière de flux vidéo en direct et en continu, Snapchat semble décidé à lui emboîter le pas. En effet, l’application de partage de photos et vidéos a déjà conclu des partenariats avec NBCUniversal, A&E, Discovery, ABC et NFL, a dévoilé le Wall Street Journal le 4 mai 2017.

Le réseau social serait également en discussion avec CBS et Fox, et s’apprête à annoncer un accord conclu avec Scripps Network Interactive, responsable de HGTV et de Food Network. De nombreux médias se montrent ainsi très favorables à la production de contenus télévisés à l’attention de la jeune (et lucrative) audience de Snapchat.

Si l’oiseau bleu et le fantôme jaune sont les mascottes de réseaux sociaux similaires à bien des égards, leurs stratégies pour imposer une « Twitter TV » et une « Snapchat TV » s’avèrent plutôt différentes.

Remplacer vs compléter l’offre TV

« Nous aurons certainement un contenu 24/7 sur Twitter », annonçait récemment Anthony Noto, son directeur financier. Et visiblement, c’est sur la stratégie du direct que Twitter fait porter tous ses efforts. Le bal pourrait même s’ouvrir prochainement avec la diffusion d’une chaîne pilotée par Bloomberg à l’automne 2017.

CC Flickr Blogtrepreneur

Or, c’est là que les chemins des deux réseaux sociaux commencent à diverger. Du côté de Snapchat, l’accent est aussi mis sur la diffusion d’émissions préenregistrées, dont un nombre important seront des contenus déjà diffusés à la télévision. Quand Twitter ambitionne de remplacer à lui tout seul un service de télévision en direct, et 24 heures sur 24, Snapchat s’inscrit plutôt dans la recherche d’une complémentarité avec l’offre TV existante.

Néanmoins, ces divergences n’empêchent pas les deux groupes d’être confrontés à des problèmes semblables. Twitter et Snapchat ont tous deux connu une croissance explosive et précoce, avant de progresser bien plus modestement ensuite. En outre, les deux réseaux conservent une base d’utilisateurs moins impressionnante que celle de — au hasard –, Facebook, qui n’hésite d’ailleurs pas à copier sans rougir les recettes qui font le succès de ses concurrents.

Snapchat crée, Twitter délègue

Snapchat opte cependant pour une stratégie que Twitter paraît avoir écarté de ses plans. En effet, le réseau social qui a démocratisé le snap s’implique particulièrement dans la création des contenus. Face à lui, Twitter laisse les médias partenaires gérer cet aspect.

twitter iphone mockup

Le Wall Street Journal précise ainsi que les dirigeants de Snapchat n’hésitent pas à rencontrer fréquemment les producteurs de contenus vidéos avec lesquels ils travaillent ; ces rendez-vous sont l’occasion pour le réseau social de donner des indications sur la pertinence des contenus, et plus largement, comment ils peuvent engager l’audience de l’application. Visiblement, ces conseils sont écoutés, et appliqués.

Loin derrière Facebook

Certes, les émissions de quelques minutes (parfois, trois à cinq seulement) diffusées par Snapchat sont plus proches d’une vidéo YouTube que d’un reportage en direct, quand Twitter mise sur une reproduction du modèle de la chaîne de télévision en direct et permanente. Malgré tout, Snapchat s’illustre par sa volonté de collaborer en profondeur avec les médias préexistants, évitant peut-être au passage de s’attirer leurs foudres.

Terminons par un argument qui mettra tout le monde d’accord : n’ayant ni l’un ni l’autre la force de frappe de Facebook, les deux réseaux peuvent faire valoir l’assurance d’une relation plus équitable avec leurs partenaires.

Sur le podium des « TV réseaux sociaux » du futur, Twitter et Snapchat se disputent donc les médailles d’argent et de bronze, derrière un Facebook qui tend à se rapprocher de plus en plus d’un groupe médiatique que d’une simple entreprise technologique.

Partager sur les réseaux sociaux