En 2015, Tim Cook recevait le CEO d'Uber au siège d'Apple pour le menacer de la plus importante sanction possible pour Cupertino : la suppression de l'App Store. En cause : le non-respect des règles de confidentialité du magasin virtuel par Uber, qui utilisait un système de tracking sur iPhone pour repérer ses chauffeurs frauduleux.

La longue et très instructive enquête du New York Times sur la vie et les échecs de Travis Kalanick, le CEO d’Uber, révèle que ce dernier s’est littéralement fait vilipender en 2015 par Tim Cook à Cupertino.

Le patron d’Apple avait en effet convoqué celui de la startup pour parler d’une découverte faite par les employés de la firme : l’application Uber dérogeait à la charte de confidentialité de l’App Store et le masquait maladroitement au contrôle de Cupertino.

Un pistage qui épargnait les employés d’Apple

Ce tour de passe-passe technologique qui consistait à tracer chacun des appareils iOS sur lequel Uber était installé a été caché et couvert par l’entreprise. Kalanick aurait demandé à ses développeurs de ne pas déployer cette fonctionnalité de tracking sur tous les iPhone utilisés par les salariés de Cupertino.

Uber prenait en revanche soin d’identifier de manière irrévocable chacun des smartphones et des utilisateurs sur lequel l’application était installée et cela même après un processus de restauration du téléphone. Une pratique naturellement interdite par Apple.

La découverte du pot aux roses aurait entraîné une discussion plutôt franche entre Cook et Kalanick, toujours selon le quotidien new-yorkais. Le second aurait été durement réprimandé par le premier selon des proches interrogés par le journal : Cook aurait notamment menacé Kalanick de supprimer purement et simplement Uber de l’App Store. Pour éviter cette décision désastreuse pour son activité, Uber aurait mis fin à la pratique à la suite de la rencontre entre les deux hommes.

Travis Kalanick. Crédit photo Dan Taylor/Heisenberg Media.

Uber voulait empêcher les chauffeurs de frauder

À nouveau pris pour cible dans une affaire qui entache un peu plus sa réputation, Uber a décidé de répondre sur les différentes accusations portées par le média américain en expliquant pourquoi la firme souhaitait tracer les smartphones iOS : « Nous ne surveillons pas la localisation des utilisateurs s’ils suppriment notre application [une des allégations du journal]. Et comme le New York Times le souligne à la fin de son enquête, [signer les iPhones] était pour nous une manière de prévenir des fraudes.  »

Selon Uber, ce pistage des iPhone permettait de repérer les mauvais comportements et d’empêcher des chauffeurs d’acheter plusieurs iPhone d’occasion pour créer différents comptes clients sur l’app et s’auto-commander des courses pour gagner plus d’argent de manière artificielle.

Finalement, l’affaire est plus éclairante sur le style Kalanick que sur Uber en tant que tel. À nouveau, la malhonnêteté et le zèle du CEO du géant du transport semblent avoir mis en péril son activité. Un comportement surprenant qui mêle prise de risques et esbroufe : « Le CEO d’Uber joue avec le feu… » titrait justement le New York Times.

Partager sur les réseaux sociaux