L'armée de l'air américaine et l'entreprise spécialisée dans la défense Lockheed Martin ont travaillé en commun pour faire du F-16 un véhicule de combat aérien sans aucun pilote. Le drone a volé pour la première fois dans le cadre d'une mission.

Le métier de pilote d’avion de chasse est-il menacé de disparition ? En 2016, l’armée de l’air américaine créait Psibernetix, une intelligence artificielle capable de combattre les pilotes humains les plus aguerris dans les airs. Le pays à la bannière étoilée poursuit ses recherches sur les appareils non pilotés par des êtres humains.

Ainsi, un récent test mené par l’US Air Force a confirmé qu’un F-16 sans pilote pouvait partir au combat en toute autonomie, en s’adaptant s’il le fallait aux obstacles qui se dressaient devant lui.

Première mission réussie

Comme le souligne Business Insider, l’armée de l’air américaine a annoncé le 10 avril 2017 que l’avion était totalement capable de mener des attaques aériennes et proches du sol, grâce aux efforts conjoints entre son propre service et ceux de Lockheed Martin, première entreprise du pays spécialisée dans la défense et la sécurité.

Flickr US Air Force

Plutôt que d’un avion, il est donc plus juste de parler d’un drone pour qualifier ce F-16. L’armée de l’air américaine a d’ailleurs précisé que l’appareil avait effectué une mission de test de frappe en autonomie. Lors de ce premier essai, l’appareil a été interrompu par une menace aérienne, à laquelle il a répondu avant de poursuivre sa mission.

« Nous n’avons pas seulement montré comment un véhicule aérien de combat équipé pouvait accomplir sa mission lorsque les choses se déroulaient comme prévu, mais aussi comment il a réagi et s’est adapté aux obstacles qu’il a rencontré sur sa route », s’est félicité Andrew Petry, membre du laboratoire de recherche de l’US Air Force.

Malgré cette avancée, l’armée de l’air américaine semble déjà regarder bien plus loin, vers l’horizon de ses ambitieux projets. Non seulement l’US Air Force envisage de posséder une flotte de drones F-16, mais elle entend développer ces fonctionnalités dans un centre de contrôle dédié. Une sorte de base centrale qui serait à la fois les yeux et les oreilles de cette armée sans aucun pilote humain.

Partager sur les réseaux sociaux