Facebook continue son opération séduction dans le monde du travail. Le réseau social prépare une version gratuite de son service Workplace, qui permet des échanges entre collègues d'une même entreprise, pour le déployer à plus large échelle.

Le temps où les liens sacrés de l’amitié étaient le seul critère d’interconnexion entre les utilisateurs de Facebook est révolu. La plupart des comptes individuels actifs sur le réseau social sont connectés avec des amis, certes, mais aussi avec des contacts professionnels, des individus croisés ça et là — voire des contacts qui ne se sont jamais croisés ne serait-ce qu’une seule fois dans la « vraie » vie.

Par conséquent, il n’est pas étonnant de constater que Facebook se pense volontiers en nouvel outil numérique professionnel, à l’instar de Linkedin. En février 2017, la plateforme au plus d’un milliard d’utilisateurs a lancé une option réservée aux administrateurs de pages, qui leur permet de publier des offres d’emploi gratuitement. Cette fonctionnalité disponible outre-Atlantique permet aux candidats de postuler directement aux offres via Messenger.

Facebook ne semble pas vouloir s’arrêter en si bon chemin : selon CNBC, le réseau social se prépare à déployer une version gratuite de Workplace, son outil de collaboration et de discussion pour les professionnels lancé en octobre dernier. Si la phase de test est ouverte jusqu’au 30 septembre 2017, le média indique que l’ergonomie du service — concurrent du populaire Slack —  ne changera pas pour les utilisateurs de la version gratuite. Néanmoins, il s’agira bien de deux entités distinctes, les abonnés payants ayant la possibilité de recourir à des outils administratifs et analytiques exclusifs.

Facebook Workplace

Séduire les petites entreprises et les marchés émergents

Dans la lignée de Workplace Premium, utilisé par des milliers d’utilisateurs depuis son lancement, la version gratuite Workplace Standard s’inspirera de l’interface de Facebook — ses usagers ne devraient donc pas trop se sentir dépaysés.

« Toutes les entreprises ne veulent pas nécessairement passer par un déploiement à grande échelle, et toutes ne sont pas en mesure de payer pour Workplace », explique Simon Cross, chef de produit chez Facebook.

Le géant des réseaux sociaux parie sur le fait que les petites entreprises et les marchés émergents seront plus enclins à adopter la version gratuite de Workplace pour minimiser leurs coûts. Simon Cross ne cache pas non plus son ambition de faire de la version standard une première étape vers une souscription future des entreprises à Workplace Premium. On le sait bien : qu’il soit question d’amitié ou de travail sur Facebook, les affaires restent les affaires.

Partager sur les réseaux sociaux