Les énergies fossiles sont vouées à disparaître, selon l'étude d'un think tank canadien consacré aux énergies renouvelables. Une prédiction renforcée par l'investissement dans de telles sources d'énergie par trois pays très gourmands en énergie : la Chine, l'Inde et les États-Unis.

L’adoption toujours plus importante des énergies renouvelable va bientôt leur permettre de remplacer les combustibles fossiles. C’est ce que souligne le think tank Clean Energy Canada dans son analyse annuelle sur les investissements globaux dans l’énergie renouvelable.

Selon l’organisation, le coût des panneaux solaires commerciaux connaîtra une baisse de 57 % d’ici 2025. Les coûts de production des centrales éoliennes terrestres et en mer enregistreront respectivement une chute de 26 % et de 35 % durant la même période.

Dan Woynillowicz, directeur des politiques du think tank, salue ces résultats prometteurs : « Grâce à la baisse des coûts technologiques, de nombreuses énergies renouvelables concurrencent les combustibles fossiles, ce qui crée des emplois et réduit la pollution. Et ces coûts devraient continuer à diminuer. »

La plus grande centrale photovoltaïque du monde, située en Inde.

245 milliards d’euros investis par le trio dans l’énergie propre en 2016

Cela est dû a un fort investissement de trois pays en particulier : la Chine, l’Inde et les États-Unis. En effet, ces derniers ont investi presque 245 milliards d’euros dans l’énergie propre l’année dernière, ce qui constitue la moitié des investissements mondiaux de 2016.

La Chine compte investir 361 milliards de dollars d’ici 2020 dans l’énergie renouvelable pour contrer ces problèmes liés à la pollution. L’Inde, qui a construit la centrale solaire la plus grande du monde, est en train d’investir également beaucoup de ressources dans ce secteur : le pays espère atteindre les 175 GW d’énergie renouvelable d’ici 2022.

Clean Energy Canada estime que 6,7 millions de personnes travaillent dans le domaine des énergies renouvelables et qu’aux États-Unis un nouvel emploi créé sur 50 l’est par l’industrie de l’énergie solaire. En outre, la profession de technicien en maintenance d’éoliennes est en train de connaître la plus grande croissance au pays. Selon l’organisation, ces deux éléments pourraient être décisifs pour contrer la campagne de Trump tournée vers l’exploitation des énergies fossiles.

Le think tank parle de transition irréversible

Merran Smith, directrice de Clean Energy Canada, souligne : « La transition vers l’énergie propre semble maintenant irréversible. Dans les pays développés comme dans les pays émergents, la production d’électricité à partir de combustibles fossiles est délaissée au profit de l’énergie renouvelable propre, au prix de plus en plus concurrentiel et source d’un potentiel économique.  »

Le think tank conclut son analyse en espérant que le Canada pourra profiter de cette transition pour faire figure de leader dans ce domaine.

Partager sur les réseaux sociaux