La startup franco-américaine Hugging Face a dévoilé son application iOS cette semaine. Après avoir réuni plus de 1,2 millions de dollars, Clément Delangue et Julien Chaumond ont finalement mis en service leur Tamagotchi, comme ils l'appellent : une intelligence artificielle capable de discuter et se lier d'amitié avec des adolescents.

Il y a seulement quelques jours, le CEO de Hugging Face se félicitait de voir que son intelligence artificielle était en mesure de comprendre le pronom her et de savoir à quelle personne, précédemment citée, il faisait référence. Comme vous pouvez le lire au-dessus, le chatbot a en effet saisi que la personne en question était ici Emma Watson.

Intelligence artificielle de divertissement

Mais pourquoi une intelligence artificielle s’intéresse-t-elle à Hermione ? Car ce n’est pas une énième déclinaison d’Alexa ou d’Assistant, mais une Intelligence Artificielle qui ne sert à rien de particulier si ce n’est à se lier avec son interlocuteur. En effet, Hugging Face a conçu son projet d’IA non pas en cherchant à rendre des services mais en travaillant, grâce au deep learning, sur l’apprentissage des émotions humaines dans une conversation. Ainsi, à la manière de Google qui investissait dans Pixar pour élaborer les dialogues et les blagues d’Assistant, Hugging Face se concentre totalement sur l’attachement entre l’humain et l’IA.

Pour cela, le bot est volubile, filou et ne cesse d’inventer de nouveaux jeux. Son principal atout est de pouvoir générer des mème à partir des photos qu’on lui envoie. Un peu à la manière Tay, l’IA adolescente de Microsoft mais dont la destinée tragique l’avait conduite au néo-nazisme. Pour assurer leurs arrières et les éventuels dérapages de leur IA, l’équipe de Hugging Face a procédé à une formation longue de leur produit, qu’ils ont d’abord mis au contact de quelques milliers d’ados américains. Lors de cette session, ce sont plus d’un million de messages qui ont été échangés entre les jeunes et le bot. Et à l’issu de celle-ci, de nombreux utilisateurs avaient exprimé des sentiments amicaux dans leur discussion avec l’IA.

L’IA pourrait se substituer à des animaux de compagnie

Ne concevant pas l’intelligence artificielle comme un seul serviteur, les jeunes entrepreneurs de Hugging Face imaginent déjà l’émergence d’IA de divertissement. À l’avenir, la startup pense à adopter un moteur de synthèse et de reconnaissance vocale afin d’approfondir le réalisme de leur amie virtuelle. Clément Delangue confiait par ailleurs à Venture Beat que l’IA pourrait se substituer à des animaux de compagnie, à l’image de la proposition japonaise des années 1990, les fameux Tamagotchis.

Hugging Face est disponible sur iOS.

 

Partager sur les réseaux sociaux