Twitter continue de tester différentes fonctionnalités pour améliorer le traitement des abus et des trolls. La dernière invention du réseau est plutôt radicale : les profils suspectés de mal se comporter sont tout simplement grisés et signalés comme sensibles.

Après avoir longtemps vu son laxisme lui être reproché, Twitter prend désormais des mesures étonnantes et teste en ce moment une fonctionnalité pour faire apparaître les profils de trolls comme des contenus sensibles qu’il faut déverrouiller.

L’initiative pourrait devenir utile si elle s’attachait à rendre silencieux et invisibles les harceleurs et autres trolls compulsifs, mais selon Mashable, pour l’instant le réseau social tâtonne encore.

Profil sensible

En effet, la journaliste du média américain explique qu’un des membres de sa rédaction a vu pour la première fois l’apparition des profils sensibles alors qu’il souhaitait consulter le compte de Justin Warren, analyste et journaliste tech. Étonnamment, M. Warren est certifié sur le réseau social mais est malgré tout considéré comme sensible. 

Mashable

L’ensemble du profil Twitter du journaliste est grisé par le réseau qui n’affiche alors que son nom : pour accéder à sa page, il faut cliquer sur Voir le profil après avoir consulté l’avertissement.

Jusque-là, lorsqu’un profil souhaitait tweeter des images dites sensibles sur Twitter, il devait le mentionner dans les paramètres de son profil et ainsi, aucun de ses contenus multimédias n’était affiché dans ses tweets par défaut. Mais ici, le réseau social, sans prévenir l’utilisateur, va jusqu’à complètement griser le profil de ce dernier.

M. Warren, contacté par Mashable a confirmé qu’il n’avait pas été mis au courant que son profil était sensible selon Twitter, il fut donc surpris de se voir griser et même un peu dérouté.

Selon les équipes en charge du déploiement des fonctionnalités de sécurité, cet accident reste pour le moment très rare. Le profil grisé n’est apparu qu’à un seul des rédacteurs du site américain, une personne qui participe donc à son insu aux différents tests menés par le réseau social pour durcir sa ligne à l’encontre des trolls.

À l’avenir verrons-nous la généralisation de cette fonctionnalité ? Peu probable, selon TechCrunch qui estime que ce nouveau filtre risque plutôt de crisper un peu plus le réseau et ses trolls qui se sentiront légitimés par ce qu’ils imagineront être une censure ou encore un complot pour les faire taire.

Partager sur les réseaux sociaux