Dans plusieurs documents de Vault 7, les cyberespions de la CIA commentaient leurs opérations de détournement de plusieurs antivirus. Les jugements sont souvent ironiques...

Comment les cyberespions de la CIA considèrent nos systèmes de sécurité informatique ? La plupart d’eux ont été contournés et exploités par les agents du service du renseignement américain. Dans leur longue liste de trophées, l’on trouve des logiciels tels que Norton, Avira, AVG, McAfee, Kaspersky et beaucoup d’autres encore.

Dans les documents du Vault 7, publiés récemment par Wikileaks, les espions ont écrit des commentaires à la fois drôles et troublants. En effet, les agents n’ont que peu de difficulté à contourner les antivirus des ordinateurs.

Par exemple, la CIA a noté qu’elle utilisait un moyen « trop bien  » pour éluder le système antivirus d’AVG. Face à ce commentaire, Ondrej Vlcek, le CTO d’AVG, affirme qu’il s’agit d’un problème technique ancien car, selon lui, le document date d’« il y a quelque temps ». Kaspersky a utilisé la même excuse pour justifier les défaillances de ses antivirus.

Comodo et Bitdefender, des adversaires costauds selon la CIA

Avira a été jugé simple à contourner. L’entreprise allemande rassure ses clients, en disant avoir récemment réparé et mis à jour son système. Mais, selon les agents de la CIA, le plus facile à tromper a été  F-Secure, un logiciel développé par une entreprise finlandaise : « C’est un produit bas de gamme qui présente une difficulté minimale. »

Contrairement à cela, Comodo a été loué pour sa résilience et ses mesures de sécurité : « C’est un casse-couille. Il détecte littéralement tout, jusqu’à ce qu’on lui dise de ne pas le faire. » Mais en ce qui concerne la version 6 de Comodo, qui a été lancée en 2013, les agents évoquent une défaillance technique gigantesque nommée « le trou béant de la mort ». Enfin, le grand « gagnant » des antivirus, selon les cyberespions, est … Bitdefender. Ce système de sécurité, conçu par une entreprise roumaine leur donnait beaucoup de fil à retordre.

Partager sur les réseaux sociaux