Les benchmarks des nouveaux processeurs AMD Ryzen 7 sont tombés. Que valent-ils comparés aux processeurs d'Intel, qui coûtent parfois le double ? Petite revue de tests.

Avec sa gamme Ryzen, AMD était attendu au tournant. Le constructeur, qui n’avait pas vraiment sorti de processeur digne d’entrer en concurrence avec Intel depuis plusieurs années annonçait la couleur : sa gamme, jusqu’à deux fois moins chère que celle du rival, faisait jeu égal avec elle quand elle ne la battait pas. Pour ce faire, AMD a parié sur une architecture à 8 cœurs (16 threads) sur tous les processeurs, ce qui lui donne un avantage sur Intel quand les applications tirent partie de l’architecture complète. Et pourtant, confrontés aux benchmarks poussés des sites dédiés au hardware, l’architecture Ryzen n’est pas le Messie annoncé – sans pour autant être un échec.

Les benchmarks ont été réalisés pour répondre à deux questions fondamentales, posées à AMD depuis qu’Intel survole le marché : la première concerne les calculs lourds de manière générale et la deuxième concerne le jeu vidéo. Aujourd’hui, ce sont les deux questions qui intéressent les acheteurs de processeurs pour ordinateur de bureau : l’ordinateur portable a définitivement convaincu les amateurs de bureautique avancée et de multimédia classique et il ne reste guère plus que les joueurs et les professionnels (vidéo, 3D, musique, modélisation mathématique etc.) qui ont besoin de puissance brute.

AMD Ryzen et le jeu vidéo

Côté jeu vidéo, AMD n’explose pas son concurrent – et se classe même en-dessous sur pas mal de tests. Le plus puissant des processeurs Ryzen, le R7 1800X qui coûte 599 €, est loin en-dessous des monstres de puissance d’Intel qui coûtent le double ou le triple (les 6900K et 6950X). Plus problématique pour AMD : un Core i7 7700K, vendu entre 380 et 400 €, dépasse sans mal le 1800X sur des jeux comme Rise of The Tomb Raider en DirectX 11 et 12. À vrai dire, ici, c’est la puissance brute du processeur qui joue plus que le nombre de cœurs de ou de threads : cadencé à 4,2 Ghz, le 7700K est plus véloce que le 1800X cadencé à 4,0 Ghz.

Crédits : Ars Technica

Sur les jeux les plus anciens, les processeurs sont au coude à coude : c’est vraiment sur le gaming moderne que l’architecture Intel dépasse celle du concurrent. Pour autant, AMD semble au courant des problèmes et estime que les R7 auront rattrapé leur retard d’ici le deuxième trimestre fiscal de 2017. Comment ? Eh bien non pas en changeant physiquement les CPU, mais en travaillant mieux avec les développeurs de jeu vidéo afin qu’ils puissent optimiser leurs titres pour qu’ils tirent mieux parti de l’architecture fraichement mise sur le marché.

AMD Ryzen et la bureautique avancée

Sur les benchmarks qui permettent de calculer la puissance brute d’un processeur, en lui faisant faire des opérations mathématiques ou des rendus lourds, Ryzen tient tête au Core i7 6900K. Pour rappel, ce processeur luxueux cadencé à 3,2 Ghz et embarquant 8 cœurs est vendu par Intel pour la modique somme de 1 200 €, soit le double de ce que AMD propose. Le Core i7 6950X, vendu plus de 2 000 € est le seul, de manière générale, à exploser le R7 1800X d’AMD… encore heureux, pourrait-on dire, vu le prix demandé par Intel.

Crédits : Ars Technica

Cette bonne moyenne pour AMD montre donc que le constructeur a réussi son pari : dans la plupart des tâches lourdes, le processeur Ryzen le plus haut de gamme est au coude à coude ou dépasse le processeur Intel qui coûtent deux fois leur prix. C’est dans certaines tâches précises que AMD déçoit un peu : ainsi, Ars Technica regrette que sur le benchmark de 7-Zip (qui compresse et décompresse un fichier et attribue un score sur la vélocité), le 1800 X n’est que 15 % plus rapide qu’un Core i7 7700K qui n’a que 4 cœurs, quand les processeurs Intel à 8 cœurs explosent complètement les compteurs.

Crédits : Anandtech

Du côté de Anandtech, on pointe les mêmes inconsistances : si les processeurs Ryzen ont de belles performances pour leur prix, certaines applications sont bien plus efficaces avec des processeurs Intel, même de génération précédente. Le spécialiste du hardware estime qu’il s’agit de plâtres à essuyer pour AMD, qui peut encore optimiser ses processeurs pour les tâches très spécifiques dans lesquelles ils se font dépasser aujourd’hui.

Acheter ou ne pas acheter ?

Si vous vous posez la question du renouvellement de votre ordinateur de bureau, cette année, vous pourrez clairement hésiter entre AMD et Intel. Cela dit, si vous optez pour une solution AMD Ryzen R7, nous vous conseillons de cibler précisément ce que vous souhaitez faire avec votre ordinateur avant de passer à l’achat, en jaugeant si le gain de puissance des processeurs Intel vaut leur prix — parfois plus du double.

Si vous êtes un joueur et que vous vous montez un PC de jeu, il est fort probable que vous préfériez, pour le moment, Intel à AMD. Les solutions du premier sont éprouvées et, dans les benchmarks, se débrouillent bien mieux que la gamme Ryzen R7. Ou alors, si vous ne supportez plus l’arrogance d’Intel et que vous souhaitez vraiment passer chez la concurrence pour donner un peu de vitalité au marché du processeur, peut-être faut-il encore attendre un peu que AMD ait eu le temps de peaufiner la manière dont les jeux exploitent ses CPU.

Quoi qu’il en soit, les laboratoires de test saluent la performance du fondeur, qui parvient, à un prix réduit, à proposer une gamme de processeurs à huit cœurs particulièrement bien finie. Un beau fait d’arme qui, on l’espère, permettra à AMD de revenir dans la course sur le long terme.

Partager sur les réseaux sociaux