Charger une batterie de smartphone à 100 % en 20 minutes ? C'est ce que propose Meizu au MWC avec sa technologie Super mCharge. Cela dit, vu les éléments dont nous disposons, les pincettes sont de rigueur.

Avec les technologies actuelles et sans parler des batteries externes, on peut résoudre le problème de l’autonomie d’un smartphone de deux manières : soit en augmentant la capacité des batteries (et donc en augmentant leur taille) au risque de faire une Galaxy Note 7, soit en permettant une recharge si rapide qu’elle permet de s’affranchir de l’angoisse du 0 %. Dans le deuxième cas, il vous suffit en effet de trouver une prise quelques minutes pour retrouver suffisamment de jus pour continuer votre utilisation.

Ce principe de charge rapide est utilisée de manière assez similaire par un constructeur comme Tesla sur ses voitures que par des constructeurs de smartphones sur leurs appareils. Pour le dire vite, il s’agit de charger les premières cellules d’une batterie comme un bourrin et d’affiner la charge pour remplir totalement la batterie. La charge n’est donc pas linéaire et doit être contrôlée par du matériel adapté, capable de réguler la puissance qui est offerte à la batterie.

Et si la charge rapide est la plupart du temps appliquée aux premiers pourcentages de la batterie, Meizu souhaite aller plus loin et a présenté à Barcelone une technologie capable de charger une batterie 3 000 mAh de 0 à 100 % en 20 minutes. Pour cela, Meizu branche à son smartphone de test un chargeur de 11 volts et 5 ampères. À titre de comparaison, le chargeur d’un iPhone est un 5 volts et 1 ampère. La technologie Quick Charge 2.0 de Qualcomm monte jusqu’à 12 volts et 3 ampères.

Alors, est-ce que votre batterie va griller en quelques mois ? Difficile à dire, mais Meizu n’inspire clairement pas la confiance. D’abord, il nous a été interdit de toucher au prototype en train de charger : impossible donc de savoir s’il était chaud. Bien entendu, Meizu assure que non. Ensuite, les ingénieurs ont été très vagues sur les protections et les conditions d’utilisation de l’engin. Ils se sont contentés de répondre que le processus était optimisé. Soit.

Ce que l’on sait en revanche, c’est que Meizu ne sait pas quand cette nouvelle technologie de charge apparaîtra sur un smartphone. Pour le constructeur, c’est encore au stade du prototype, ce qui est plutôt rassurant dans la mesure où cela laisse lui laisse le temps de peaufiner le concept. Néanmoins, difficile d’imaginer comment Meizu s’en sort pour ne pas abîmer les batteries. On a plutôt l’impression que le constructeur estime que ses smartphones ne sont de toutes façons pas durables et que les clients renouvellent leur appareil quoi qu’il arrive avant que la batterie montre des signes de faiblesse. Tant pis pour la nature.

Partager sur les réseaux sociaux