Le CEO de Tinder envisage de s'appuyer sur les IA et la réalité augmentée pour améliorer les services de l'application de rencontre à l'avenir. Deux technologies qui faciliteraient selon lui les échanges.

Les intelligences artificielles et la réalité augmentée sont-elles le futur de Tinder ? Peut-être, à en croire son CEO, Sean Rad. En effet, lors de la conférence Start-Up Grind du mardi 21 février, le dirigeant a souligné que son application pourrait s’améliorer à l’avenir grâce à l’apport de ces deux types de technologies.

Rad voit loin : « Dans 5 ans, Tinder pourrait être tellement bien, que lorsque l’on dira ‘Hé, Siri, qu’est-ce qui se passe ce soir ?’ et Tinder vous dirait : ‘Il y a quelqu’un dans la rue qui pourrait te plaire. Tu lui plais aussi. Elle est libre demain soir. Nous savons que vous aimez le même groupe de musique, et qu’il est bientôt en concert — veux-tu qu’on te réserve des billets ? » Ainsi, on a une concordance. »

Quant à la réalité augmentée, Rad est convaincu qu’elle pourrait aider à vaincre la timidité et la peur d’un refus, car les utilisateurs pourront montrer leur intérêt de manière plus directe : « Ces technologies seront plus proches de nos sens, de nos yeux et de nos expériences. »

Sean Rad, CEO de Tinder, CC TechCrunch

Un simple fantasme à ce stade

Cela amènerait à rencontrer les gens de manière plus simple et facile, en combinant des passions et des intérêts communs. Mais le CEO avoue qu’il y a encore beaucoup à faire, car le système de Tinder s’appuie sur une base de données qui concerne seulement l’âge, la localisation, les amis en commun et les « j’aime » de ses utilisateurs.

L’app reste pour l’instant la plus populaire de son genre, avec environ 1,4 milliard de « swipes » quotidiens.

Partager sur les réseaux sociaux