Lyft, le concurrent américain d'Uber, a dépassé son rival en nombre de téléchargement d'applis quotidien pour la première fois ce dimanche. L'entreprise a bénéficié du mouvement de contestation #DeleteUber.

Lyft est le premier bénéficiaire de la campagne médiatisée #DeleteUber lancée contre son rival géant ce dimanche. En effet, son application a pour la première fois dépassé le nombre de téléchargements face à celle d’Uber. Selon l’agence App Annie, Lyft a doublé ses téléchargements au cours de ces deux dernières semaines, grâce à une bonne stratégie de marketing sur les réseaux sociaux et, plus récemment, en bénéficiant de  l’impact massif de la campagne #DeleteUber.

Cette dernière, animée par des idées et des propos anti-Trump, appelle le plus grand nombre à supprimer l’app d’Uber, à cause de son intervention à l’aéroport JFK de New York jugée utile au décret anti-immigration de Donald Trump. Pour rester en accord avec leurs valeurs, certains préfèrent ainsi Lyft à Uber.

D’après TechCrunch, Lyft a grimpé le classement des applications gratuites de l’App Store dimanche dernier, en passant de la 39ème à la 7ème position. L’app a également enregistré une hausse des téléchargements estimée à 180 % par rapport au 22 janvier dernier. Hier soir, l’app avait atteint la 4ème position dans le classement américain des apps gratuites.

Ainsi, cette opportunité semble très bénéfique pour Lyft, qui a déjà promis de donner 1 million de dollars à l’Union Américaine des Libertés Civiles (ACLU) au cours des 4 années à venir. Cette dernière a récemment porté plainte contre Trump et a obtenu déjà 24 millions de dollars en dons.

L’entreprise de covoiturage a obtenu aussi le soutien de personnalités, comme par exemple l’actrice hollywoodienne Susan Sarandon.

Bref, Lyft exploite cette crise pour réduire son écart avec Uber, qui réalise peut-être tardivement que les affaires ne sont pas toujours déconnectées de la politique. C’est ce qu’affirme Marlene Morris Towns, une professeur de la Georgetown’s McDonough School of Business : « Je pense que les nouvelles règles du business sont que vous devez prendre position plus souvent qu’auparavant. Ce phénomène engendre beaucoup plus de divisions que par le passé. Vous devez décider, quand vous vous sortez d’un problème, de défendre une position et donc d’être prêt à sacrifier une partie de vos clients. »

À lire sur Numerama : Gains surestimés  : 20 millions de dollars d’amende pour Uber qui a menti aux chauffeurs

Partager sur les réseaux sociaux