Le moteur de recherche Qwant lance une application sur Android et iOS pour que les internautes puissent chercher de l'information sans compromettre leur confidentialité. Mais l'application recèle aussi quelques surprises.

Qwant investit le monde des smartphones. Le moteur de recherche, qui se pense en Google européen, vient en effet d’annoncer la sortie de son application pour les systèmes d’exploitation Android et iOS. On retrouve évidemment le cœur du service, à savoir la recherche sur le web, mais pas que : deux autres fonctionnalités accompagnent en effet Qwant sur mobile.

Shopping

La première de ces fonctionnalités est un navigateur web, baptisé Liberty, que Qwant décrit comme étant sécurisé. Sa principale mission ? Vous faciliter le shopping sur Internet en stockant « dans un coffre-fort privé inaccessible de l’extérieur » toutes les informations confidentielles qui peuvent être requises au moment d’une commande sur un site web.

Mais quel est l’intérêt d’enregistrer son adresse postale, son numéro de téléphone ou encore ses données de carte bancaire dans ce coffre-fort protégé par une couche de chiffrement ? Il s’agit tout simplement de faire gagner du temps à l’usager, de telle façon qu’il n’ait plus besoin de remplir chaque ligne du formulaire au moment de faire son achat.

« En un clic ou presque, ça remplit automatiquement les formulaires de paiement, ce qui permet d’avoir une grande fluidité d’achat sur n’importe quel site marchand », explique Qwant. Ce genre d’option n’est pas rare. On la retrouve par exemple dans le gestionnaire de mots de passe Dashlane, qui remplit automatiquement les champs lors de l’inscription à un service, si vous l’y autorisez.

Répertoire d’applications

Quant à la seconde fonctionnalité, il s’agit tout bêtement d’un répertoire d’applications. Mais attention ! Pas question de proposer n’importe quoi : Qwant a pris soin de ne citer que celles qui partagent ses valeurs. Le moteur ajoute que cette rubrique est surtout là à des fins pédagogiques, de façon à guider les utilisateurs qui « veulent encore mieux maîtriser leurs données et sécuriser leur mobile ».

Le répertoire est composé de 4 rubriques : web, sécurité, communication et données. Dans la première, on trouve Firefox (avec lequel Qwant est d’ailleurs partenaire pour proposer un Firefox sans Google). Sont aussi cités des gestionnaires de mots de passe (1Password et KeePassDroid), des messageries instantanées (Signal), des webmails (ProtonMail) et des services de stockage (Cozy, ownCloud, hubiC).

CC Ahmed Aqtai

En revanche, Qwant ne propose pas de rubrique pour des applications consacrées aux moteurs de recherche qui occupent le même créneau que lui, à savoir une recherche sécurisée, confidentielle et neutre. Il en existe pourtant, à l’image de DuckDuckGo. Mais en la matière, on devine que le moteur de recherche européen ne tient pas forcément à pousser ses utilisateurs dans les bras de la concurrence.

Équilibrer l’effort

Se voulant en pointe sur les enjeux de confidentialité, de vie privée de neutralité et de sécurité, Qwant a conçu son moteur de recherche de telle manière qu’aucun cookie, aucun pistage, aucune conservation de l’historique des requêtes passées n’a lieu. Évidemment, c’est cette recette que l’entreprise reprend aujourd’hui sur mobile, que ce soit sur Android ou sur iOS.

Dans sa quête de protection maximale, Qwant a dû toutefois ajuster le tir au moment du portage sur smartphone. Ainsi, la fonctionnalité qui permet de bloquer les captures d’écran lorsque l’application est active sera prochainement retirée. En effet, ses utilisateurs lui ont fait remarquer que l’option était plus contraignante qu’autre chose et qu’un ajustement du curseur entre la sécurité et l’utilisabilité était souhaitable.

Le mieux est parfois l’ennemi du bien

« Nous sommes tellement obnubilés par la sécurité de nos utilisateurs qu’il nous arrive de faire de l’excès de zèle. L’impossibilité de faire une capture d’écran répondait à un souci de protection maximale de la vie privée mais elle ne se justifie pas pour la très grande majorité des usages. Nous avons donc pris cette remarque en compte et ça sera très vite corrigé  », nous explique Guillaume Champeau, le directeur éthique et relations publiques.

À l’origine, Qwant n’avait pas nécessairement le projet de concevoir une application mobile pour Android et iOS. L’entreprise s’est toutefois rendue compte que « ni Apple ni Google ne permettent de modifier librement le moteur de recherche par défaut sur Safari (version iOS) ou Chrome (version Android) ». Face à une situation complétement verrouillée par les deux géants, il a fallu trouver une alternative.

Les internautes suivront-ils ?

Partager sur les réseaux sociaux