À l'heure de la tendance Alexa et Assistant, le contrôle par la voix des interfaces semble avoir à nouveau le vent en poupe. Pour preuve, Adobe investit lourdement dans le développement d'alternatives vocales pour utiliser sa suite mobile.

La reconnaissance vocale en tant que technologie de pointe a déjà eu son heure de gloire. Cela a commencé il y a déjà une décennie et les systèmes n’ont cessé de s’améliorer sans pourtant parvenir à devenir des incontournables dans nos usages informatiques. Les utilisateurs sont restés finalement peu nombreux. Et si la reconnaissance n’a cessé de progresser, il a fallu attendre les premières évolutions des intelligences artificielles pour trouver dans la discussion avec un logiciel une interface crédible entre l’homme et la machine.

Parlez à votre Echo dans la cuisine

C’est ici qu’apparaît notamment Alexa, en opposition à Siri. Cette dernière existe depuis 2012 déjà et souffre de vieillissement prématuré. Face à Alexa, ou Assistant, des technologies d’Amazon ou de Google et qui sont deux intelligences artificielles dont l’interface principale est le langage, la nuance avec Siri peut sembler minime mais elle est en réalité fondamentale.

la voix est devenue une interface homme-machine presque aussi crédible qu’un clavier-écran-pointeur

Si aujourd’hui, la reconnaissance vocale reprend du sens c’est grâce aux interactions qu’elle permet.Eentre les progrès des IA et ceux de la reconnaissance, la voix est devenue une interface homme-machine presque aussi crédible qu’un ensemble clavier-écran-pointeur.

Or c’est seulement en expliquant cette nuance que l’on peut comprendre l’enthousiasme d’une firme comme Adobe pour la reconnaissance vocale et l’IA. L’éditeur logiciel est en effet en train d’investir lourdement dans ces nouvelles interfaces entre l’homme et la machine afin d’y convertir ses propres solutions logicielles.

À l’heure actuelle, les équipes d’Adobe ne cherchent pas, encore, à transformer la suite Photoshop en un assistant virtuel — cela serait un peu précoce. Néanmoins, c’est du côté des usages mobiles qu’Adobe invoque la reconnaissance vocale. Dans un court clip la firme montre comment elle souhaite engager cette évolution de nos interfaces dans ses propres solutions, à commencer par la retouche photo.

Pour le moment, cette expérience est un prototype qui est utilisé par la société pour expliquer ses propres progrès. Mais l’intérêt d’Adobe montre que si les utilisateurs y sont prêts, l’évolution de nos interfaces homme-machine pourrait passer par la voix comme le rêve depuis longtemps la science-fiction.

En revanche, une interface vocale semble plus pertinente lorsqu’il s’agit d’une machine sans écran — Echo ou Home : dès lorsqu’on parle d’un logiciel sur tablette, la tentation de poser nos gros doigts sur l’écran semble plus intuitive que celle de commander à l’iPad de partager une photo sur Facebook par la voix.

Partager sur les réseaux sociaux