En expérience salon, la Switch impliquera des sacrifices : jouer avec les Joy-Con ou les recharger, mais pas les deux en même temps...

Si on pourra déplorer l’absence d’un jeu dans le pack de base de la Switch (la compilation 1-2-Switch était un candidat idéal, comme le fut Wii Sports pour la Wii), Nintendo fournit quand même pas mal de choses avec sa console. Normal, compte tenu du prix fixé à 329 €. Ainsi, en plus de la Switch en elle-même, nous trouverons dans la boîte une paire de Joy-Con, des dragonnes, le dock pour relier la tablette à son téléviseur (avec le câble HDMI), un adaptateur secteur avec port USB-C et un Joy-Con Grip. C’est ce dernier accessoire qui nous intéresse plus particulièrement. Conçu pour réunir les deux Joy-Con afin d’en faire une seule manette, il ne sera, en revanche, pas capable de les recharger…

Facture encore plus salée

Cela signifie qu’il ne sera pas possible de jouer sur téléviseur avec les Joy-Con, soit en expérience salon, tout en les rechargeant. Pour cette configuration, il faudra se payer le Joy-Con Charging Grip : facturé une trentaine d’euros, il pourra remplir les batteries en plus de faire ce que propose déjà celui fourni avec la machine. Le constructeur précise que l’autonomie des Joy-Con atteindra la vingtaine d’heures (du moins au début) avec un peu plus de trois heures pour faire le plein.

Autre solution ? S’offrir le pad Pro Controller, vendu 69,99 €, et laisser les Joy-Con attachés à la tablette insérée dans le dock. Une question légitime se pose alors : comment jouer à des jeux tels que Arms et 1-2 Switch sans les Joy-Con, sachant qu’ils nécessitent d’en avoir un dans chaque main ? D’autant que les descriptions des deux jeux prouvent bien que les Joy-Con sont indispensables pour s’y essayer.

Sinon, il y aura deux manières de recharger les Joy-Con et, dans tous les cas, il faudra qu’ils soient fixés à la Switch. L’option numéro 1 s’appuiera donc sur le dock tandis que la deuxième, plus nomade, passera par l’adaptateur secteur.

Partager sur les réseaux sociaux