À partir du 18 novembre, les possesseurs d'un Galaxy Note 7 qui vivent en Nouvelle-Zélande ne pourront plus se connecter au réseau mobile de leur opérateur.

Le blocage pur et simple des derniers Galaxy Note 7 en circulation n’est pas une option exclue par Samsung pour limiter les risques liés aux explosions potentielles de son flagship. En Nouvelle-Zélande, le Coréen semble avoir déployé une solution toute aussi radicale pour les derniers utilisateurs qui auraient séjourné dans une grotte ces derniers mois : bloquer l’utilisation des réseaux mobiles.

C’est en effet une méthode qui, au moins, interpellera les clients malchanceux qui n’auraient pas été au courant. À partir du 18 novembre, ils ne pourront plus utiliser leur smartphone comme un téléphone ou un appareil 4G. Seul le Wi-Fi restera fonctionnel sur ces modèles. D’après les autorités locales, il ne resterait qu’une centaine de Galaxy Note 7 en circulation dans le pays. Ce n’est pas un chiffre énorme, mais il en suffit d’un défectueux qui occasionne un accident pour que l’entreprise soit tenue responsable. La décision de Samsung semble donc compréhensible.

Difficile de savoir si cette mesure sera étendue à tous les pays dans un futur proche. En tout cas, ce n’est pas quelque chose que Samsung France semble exclure.

explosion

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés