Alors qu'il était dans les premiers à investir le marché de la réalité virtuelle avec son casque Gear VR, Samsung se montre désormais attentiste. La firme attend que la technologie progresse et que le marché soit plus réceptif, avant de lancer un nouveau produit.

La VR est-elle déjà en passe d’être derrière nous ? Alors que Tim Cook expliquait le week-end dernier qu’Apple voyait beaucoup plus de potentiel commercial dans le développement de la réalité augmentée que dans la VR, les hésitations de la firme de Cupertino sont aussi rejointes par un autre acteur qui fut l’un des premiers à investir le marché de la réalité virtuelle.

Samsung, qui a proposé un casque Gear VR dont les seuls vrais atouts sont le prix et la liberté totale de mouvement, préfère lui aussi désormais attendre de voir comment la technologie et le marché mûrissent, avant de lancer de nouveaux produits. Lors d’une conférence à San Francisco, relayée par Techcrunch, le président et directeur stratégique de Samsung Young Sohn a ainsi expliqué que son entreprise était prête à attendre plusieurs mois voire plusieurs années avant de proposer un nouveau casque de réalité virtuelle.

gearvrconsed2.jpg

Il aurait ainsi expliqué qu’il pensait que le pic d’attention médiatique autour de la VR était déjà derrière nous, et qu’il y avait « un peu un problème de l’œuf et de la poule ». D’un côté il faut développer le marché de la VR pour justifier les investissements, de l’autre les investissements sont nécessaires pour aboutir à des produits plus séduisants pour les utilisateurs.

un peu un problème de l’œuf et de la poule

Le HTC Vive par exemple, qui est unanimement reconnu comme le meilleur casque VR du marché, combine un problème pratique important — l’obligation d’avoir un câble qui le relie à un ordinateur alors que l’utilisateur ne peut pas voir ce câble — à un prix prohibitif pour la plupart des consommateurs. Le Samsung Gear VR a l’avantage de n’être pas cher, mais il est beaucoup plus limité dans ses performances et donc dans l’impression d’immersion qui est essentiel au succès réel de la VR.

En avril dernier, Samsung lui-même avait pourtant annoncé qu’il travaillait sur de nouveaux casques VR « indépendants et sans fil, qui ne fonctionnent pas nécessairement avec nos smartphones ». Mais l’entreprise sud-coréenne, qui est aussi partenaire de la plateforme Daydream de Google, semble finalement avoir remisé ses projets au placard.

Pour Young Sohn, de tels produits ne seront satisfaisants que s’ils offrent une autonomie suffisante, une grande réactivité aux mouvements, et une densité de pixels « au moins deux fois égale » à celle des appareils actuels. Or il faudrait investir jusqu’à 10 milliards de dollars pour concevoir un afficheur 10K.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés