Les autorités portuaires chinoises commencent à s'équiper de robots qui peuvent répondre aux questions orales des passagers, et repérer d'éventuels contrebandiers.

Si vous vous rendez en Chine et passez par le port de Gongbei qui fait face à Hong Kong,  vous croiserez peut-être d’adorables petits robots prêts à vous rendre service, et à vous dévisager sous toutes les coutures.

Les autorités portuaires ont en effet annoncé l’achat d’une dizaine de robots baptisés « Xiao Hai », qui aideront les douanes à répondre à l’afflux de 2,4 millions de passagers qui passent par Gongbei en l’espace d’une seule semaine, pendant les périodes de vacances. D’autres robots similaires ont été commandés à Hengqin et Zhongshan, qui seront équipés de systèmes de reconnaissance faciale pour traquer les passagers et trouver ceux qu’il faudrait fouiller en priorité.

Il s’agit de robots Sanbot vendus par la société chinoise Qihan Technology, dotés entre autres d’une caméra 8 Mpx, d’un écran tactile 10,1 pouces 1080p, et de capteurs infrarouge.

china-customs

Les robots devront d’abord savoir répondre aux questions orales des passagers, dans 28 langues et dialectes différents. Les douanes ont alimenté les bases de données avec les réponses à 3 200 questions posées fréquemment par les professionnels ou les particuliers lorsqu’ils passent la frontière, qu’il s’agisse de questions juridiques et réglementaires, ou de questions plus pratiques.

La chaîne filme ainsi un exemple de conversation avec un robot, qui semble en plus doté d’un certain sens de l’humour :

« Bonjour Xiao Hai. Puis-je faire passer cet iPhone 7 par la douane ? 

— Bonjour. Vous êtes quelqu’un qui suit la mode, donc vous devez savoir que vous devez payer une taxe pour l’iPhone 7 si vous voulez passer les douanes. C’est l’une des vingt marchandises qui n’est pas exemptée de taxes. Son taux de taxe est de 15 pourcents »

robot-douanes-chine

Selon la chaîne chinoise CCTV, les robots utiliseront leurs caméras et des algorithmes d’intelligence artificielle pour regarder tous les passagers qu’ils croisent et détecter les éventuels contrebandiers. Zhao Min, le responsable des douanes de Gongbei, explique ainsi que « nous évaluons leur fréquence et stockons des informations dont des images de ceux avec une haute fréquence de contrebande, dans le système d’identification du visage ». Les robots «  utilisent leurs yeux aiguisés et peuvent immédiatement [nous] envoyer des messages sur tout contrebandier identifié discrètement ».

Il semble toutefois que le robot n’est pas encore capable de recommander de fouiller un individu qui n’aurait jamais eu affaire aux douanes par le passé, ce qui sera peut-être le cas dans des mises à jour futures, lorsque des indicateurs complémentaires comme la température corporelle ou le taux de sudation pourront être analysés, entre autres indicateurs de comportements suspects. C’est déjà en France à la SNCF, avec des caméras de surveillance fixes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés