L'histoire du Galaxy Note 7 qui explose se précise de jour en jour et les nouvelles informations rapportées par Bloomberg transforment cette affaire en fable technologique.

Le mythe d’Icare n’aura jamais connu plus moderne illustration. D’après un article de Bloomberg qui a pu joindre des sources internes chez Samsung, l’affaire des explosions de Galaxy Note 7 serait née d’un ardent désir de prendre, une bonne fois pour toutes, une longueur d’avance sur Apple. Quand nous écrivions il y a quelques semaines que le Galaxy Note 7 était, au moins du côté de la communication, le smartphone qui marquait l’arrivée de Samsung dans une ère post-Apple, nous n’imaginions pas une seule seconde être aussi proche des faits.

Car les faits, rapportés par Bloomberg, se sont déroulés comme suit. Début 2016, Samsung a appris que l’iPhone 7 ne serait pas, comme tous les deux ans, un modèle radicalement différent de l’iPhone 6S. Physiquement, il n’y a presque aucune différence entre les deux appareils et Apple a préféré incrémenter sur des fonctionnalités qui existent déjà, peaufinant sa copie au lieu de la changer radicalement. Ces informations connues, les dirigeants de Samsung auraient fait pression sur les ingénieurs et les usines pour faire en sorte que le Galaxy Note 7 ne soit pas qu’un modèle de plus, mais bien une rupture.

galaxy-note7-4

Au rang des innovations, le Galaxy Note 7 devait embarquer « un écran mieux défini avec des bords courbés, un capteur d’iris pour le verrouillage et une batterie plus grosse ». Le tout, dans un format qui n’a quasiment pas pris d’embonpoint. Pour faire tenir tout cela et annoncer son smartphone avant Apple, Bloomberg affirme que la direction a exigé de tous les départements un rythme soutenu. R&D et industrialisation se sont déroulés à vitesse grand V, mais qu’importe, l’objectif était d’écraser celui que l’industrie a toujours pris pour modèle. Une revanche de Samsung qu’on a souvent accusé de copier Cupertino.

La suite, vous la connaissez. Icare s’est collé des ailes et s’est trop approché du soleil. Samsung a voulu intégrer une batterie de 3 500 mAh (contre 3 000 mAh sur le précédent Galaxy Note) en un temps record dans un boîtier peut-être trop fin pour elles, et ces batteries ont pris feu à de nombreuses reprises, entraînant l’un des plus gros rappels de produit de l’histoire de la téléphonie intelligente. De cette séquence, Samsung sort affaibli, aussi bien financièrement qu’en terme d’image. C’est même le pire scénario possible pour le Coréen : l’année où toutes les planètes étaient alignées en sa faveur, il n’a pas su aller au bout de son rêve. Trop d’ambition, trop de précipitation et peut-être, une trop grande vanité.

Samsung a voulu intégrer une batterie de 3 500 mAh en un temps record

Est-ce que le Galaxy Note 7 aurait été un excellent smartphone, peut-être le meilleur de l’année, sans un capteur d’iris qui fonctionne à moitié et avec une batterie un poil plus faible ? Probablement.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés