À Hawaï, un groupe de six personnes a vécu pendant un an à l'écart de la société, enfermé dans une petite construction. Le but était de simuler un séjour sur Mars pour aider la Nasa dans ses futurs missions.

Mars est l’un des plus grand défis de la conquête de l’espace. Celui-ci représente de nombreux challenges techniques concernant la réussite du voyage et les conditions de vie une fois arrivé là-bas. Pour aider la Nasa à bien appréhender ses futures missions sur la planète rouge, l’université de Hawaï a mené une simulation d’un an en enfermant six volontaires dans un petit habitat. Le but était de savoir s’il était possible de créer une cohésion de groupe sur une aussi longue période. Les participants viennent tout juste de sortir de leur isolation et retrouvent enfin la société.

Le projet baptisé Hi-Seas — pour Hawaii Space Exploration Analog and Stimulation — a porté ses fruits. Le groupe de six personnes a vécu pendant 365 jours dans la région du volcan Mauna Loa à environ 2 500 mètres d’altitude. D’après l’université, pendant tout ce temps, les membres du « faux » équipage ont réussi à collaborer de manière performante.

Un bilan enthousiasmant. Les mission spatiales peuvent en effet durer pendant des années. Sur Mars, les astronautes seront contraints de vivre en groupe dans un espace restreint. Humainement, l’expérience peut être très éprouvante à force de côtoyer encore et toujours les mêmes personnes du début à la fin de la journée.

Sians-sunset-photo-of-the-Hab

Dans le petit dôme géodésique, le participants du projet Hi-Seas ont même été capables de récolter de l’eau depuis le sol apparemment sec. Christiane Heinicke, l’une des membres de l’équipage, estime que cela implique la possibilité «  d’obtenir de l’eau sur Mars depuis cette petite construction habitable ».

L’astrobiologiste français Cyprien Verseux est également très confiant. « Une mission sur Mars dans un avenir proche est réaliste. Je pense que les obstacles technologiques et psychologiques peuvent être surpassés », dit-il.

Hi-Seas est soutenu par la Nasa. Il s’agit de la deuxième mission du projet qui prévoit également d’en réorganiser en 2018 et 2019. Toutes les informations récoltées aideront l’agence spatiale à élaborer correctement ses stratégies pour réussir les missions de longue durée. Celle-ci peut à la fois évaluer la ressources alimentaires qu’elle doit prévoir mais aussi le genre de personnalités qu’elle doit recruter pour que l’équipe fonctionne correctement et de manière complémentaire.

Reste à savoir quand il sera possible d’envoyer, pour de vrai, des hommes sur Mars. Le projet Mars One prévoit d’envoyer une première colonie en aller-simple en 2026. De son côté, l’entreprise privée SpaceX d’Elon Musk compte bien y arriver dès 2025.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos