Domino's Pizza a annoncé son intention d'étendre en France une expérimentation qu'il commencera à mener cette année en Nouvelle-Zélande, qui permettra à des clients de se faire livrer leur commande par drone.

Vous ne serez pas obligé de laisser un pourboire au drone. Le géant américain de la pizza à emporter, Domino’s Pizza, a annoncé qu’il commencerait dès cette année à utiliser des drones pour livrer des pizzas en Nouvelle Zélande, et qu’il avait l’intention d’étendre ensuite cette option dans six pays, dont la France. Les cinq autres sont la Belgique, les Pays-Bas, le Japon et l’Allemagne.

Domino’s Pizza, qui avait présenté en mars dernier un robot autonome capable de se balader en ville pour aller livrer, s’est associé en Nouvelle Zélande à la startup néo-zélandaise Flirtey, qui administrera la flotte d’appareils volants. Cette dernière est spécialisée dans les livraisons de toutes sortes par drones, mais connaît avec Domino’s Pizza son premier véritable déploiement commercial, approuvé par les autorités locales.

L’expérimentation, qui impliquera de véritables clients, sera dans un premier temps limitée à une zone de 1,5 km de diamètre autour des restaurants qui seront équipés. Il s’agira alors de tester le succès des opérations de livraison, de s’assurer de la fiabilité du pilotage et de la sécurité des drones selon différentes conditions notamment métérologiques, avant d’étendre progressivement les possibilités techniques. Seuls une partie des produits proposés par Domino’s pourront être embarqués sur les drones au départ.

Le client recevra une alerte quand l’engin sera à proximité de son domicile

La taille et le poids des produits transportés seront ensuite augmentés, ainsi que le rayon d’action. À terme, si les autorités aériennes l’autorisent, Domino’s Pizza et Flirtey espèrent pouvoir livrer dans un rayon de 10 km. Les drones seront alors proposés aux clients lorsqu’il sera plus rapide et plus économique de lui faire livrer sa commande par un aéronef robotisé que d’envoyer un livreur à mobylette.

Les drones voleront à une altitude d’environ 60 mètres à 30 km/h, et le client recevra une alerte quand l’engin sera à proximité de son domicile, pour qu’il puisse sortir récupérer la commande. Le drone se stabilise alors sur le point de livraison et fait descendre le paquet par un filin, pour éviter que le client ne se blesse ou tente de voler le drone. S’il tire sur le filin, celui-ci se détache automatiquement et le drone peut repartir.

Domino’s Pizza avait présenté dès 2013 une idée de livraison de pizzas par drones. Mais à l’époque, ça semblait être davantage une opération publicitaire qu’un véritable projet commercial.

Réservé aux zones rurales ?

Le projet a reçu le plein soutien du gouvernement néo-zélandais, très fier d’accueillir cette première. « En tant que ministre des transports, j’ai encouragé activement la Nouvelle-Zélande à être un banc d’essai pour les nouvelles expérimentations de technologies de livraison », s’est réjoui le ministre Simon Bridges. « L’essai est aussi une chance importante pour l’Autorité de l’Aviation Civile, qui s’assure que les précautions de sécurité adéquates sont prises ».

Pour être déployée en France, les drones de Domino’s Pizza devront toutefois respecter la réglementation française sur les drones, qui limite drastiquement les possibilités. Il est en particulier interdit de faire voler un tel engin « au-dessus de l’espace public en agglomération ». Mais la réglementation n’interdit plus de survoler des zones rurales, y compris où se trouvent habitants et animaux.

Les drones pourraient donc être un moyen pour Domino’s d’aller livrer vers des petites communes périphériques, en utilisant d’autres technologies pour les livraisons en centre-ville. Domino’s Pizza dispose actuellement de 2 000 boutiques en France.

Dans sa FAQ, la firme fait d’ailleurs constamment référence à la complémentarité du projet avec le Domino’s Robotic Unit (DRU), son robot livreur, bien plus adapté aux milieux urbains.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés