Après l'échec de Tay, le bot de Microsoft qui voulait se faire passer pour un millennial sur Twitter, le géant de Redmond récidive avec Murphy, un autre bot bien plus inoffensif mais pas moins impressionnant.

Vous souvenez-vous de Tay ? En début d’année, Microsoft avait mis à disposition du grand public l’un de ses premiers bots, sur Twitter. L’intelligence artificielle avait l’ambitieuse mission de mimer le langage naturel d’un jeune utilisateur, à grand renfort d’émojis et de GIF. Hélas pour la firme de Redmond, le bot s’est spectaculairement vautré dans le racisme, le conspirationnisme et les propos néo-nazis.

Microsoft n’avait en effet pas prévu la malice des internautes qui ont rapidement compris les mécanismes d’apprentissage de Tay, et lui ont enseigné le pire du web. La leçon donnée par les internautes à Microsoft était violente et non sans conséquence pour l’image de la société. Une leçon que le groupe américain a sans doute intégré, car voilà qu’il récidive avec un nouveau bot, baptisé Murphy.

MeetMorphi

Soucieux de présenter cette fois un bot à la fois amusant et impressionnant, et de ne pas faire connaître un même dérapage comme celui qu’il a connu avec Tay, Microsoft a pris garde à limiter ses compétences en le spécialisant dans la retouche photo. L’idée ? Que les internautes puissent découvrir des mélanges improbables entre deux photos.

murphy

Murphy ne parle pas. Il propose seulement, et inlassablement, de voir des photographies qu’il retouche lui-même en un temps record. Il est particulièrement facile de tester ses facultés sur des applications de messagerie comme Telegram ou Messenger.

Discuter avec Murphy

Curieux de découvrir les mécanismes du bot, et anticipant une bonne tranche de rire, nous nous sommes laissés aller à l’interaction avec Murphy. Nous lui avons demandé de mêler des personnalités qui nous passaient par la tête. Nous vous laissons juges des résultats qui ont été produits à cette occasion. Tout ce que l’on peut dire, c’est que la vitesse d’exécution du bot est particulièrement impressionnante.

murphytalk1
Une fois l’étape de présentation passée, Murphy nous laisse directement essayer son IA
murphytalk2
Premier test, simple, mais exécuté sans difficultés
Le bot trouve notre visage sur une photo uploadée, et l'associe malencontreusement au pire costume de chat possible
Le bot trouve notre visage sur une photo uploadée, et l’associe malencontreusement au pire costume de chat possible (est-ce vraiment un chat par ailleurs ?)
Le bot commence à être amusant
Le bot commence à être amusant
Hum. Test fini.
Bon. Test fini.

En somme, vous n’allez pas devenir hilare grâce à votre ami le bot. Néanmoins, la démonstration de Microsoft mérite d’être remarquée pour ce qu’elle est : un système de traitement rapide, qui mêle tout à la fois reconnaissance des instructions données par écrit, récupération des photos avec, si besoin, reconnaissance faciale et montage du cliché final.

Installé dans le cloud Azure de Microsoft, puisant ses connaissances dans les Microsoft Cognitive Services et son moteur de recherche (Bing), le bot impressionne.

Avec Murphy, Microsoft ne cherche pas à se rendre utile. C’est une démonstration et un moyen d’apprentissage pour les ingénieurs de Redmond en vue de concevoir des projets plus élaborés encore. On fera remarquer au passage que Snapchat parvient à exécuter le même type de traitement en temps réel avec son faceswap. Seule différence, de taille : le dispositif ne va pas jusqu’à reconnaître les personnalités présentes dans les images.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés