Facebook publie une étude dans laquelle le réseau social observe que les personnes qui préfèrent les chats sont plus solitaires que celles qui aiment les chiens. Derrière un sujet en apparence anodin, le site montre l'étendue des données auxquelles il peut avoir accès.

Vous êtes plutôt chien ou vous préférez les chats ? À cette question, vos proches sont sans doute capables d’y répondre. Facebook aussi. Grâce à sa gigantesque base de données que vous alimentez jour après jour, le réseau social est en mesure de repérer vos préférences en matière animale. Et ce n’est pas tout : le site américain est aussi capable de brosser à grands traits votre profil en se basant sur votre comportement et vos usages sur sa plateforme.

Cette capacité à distinguer vos goûts à propos des animaux de compagnie et de les comparer avec votre attitude sur Facebook est au cœur d’une étude atypique publiée par le réseau social. À travers un échantillon de 160 000 Américains dont les données ont été anonymisées, le site a simplement regardé si ces derniers préfèrent les félidés ou les canidés. De cette recherche, il apparaît que les personnes ayant une inclinaison pour les chats auraient tendance à être plus solitaires.

Le réseau social a effectivement observé que les personnes qui aiment les chats ont, en moyenne, 26 amis en moins par rapport aux amateurs de chiens.

Un nombre qui est loin d’être renversant — d’autant que les premiers reçoivent plus d’invitations à des événements que les seconds, ce qui nuance le caractère misanthropique que l’on risquerait de leur prêter — mais qui n’empêche pas Facebook d’écrire que « oui, les stéréotypes sont vrais ». D’après son étude, les personnes ressemblent aux animaux qu’ils préfèrent : « sociables et décontractés » pour les chiens, « timides, indépendants et imprévisibles » pour les chats.

giphy

Mais plus que le caractère distrayant du document publié à l’occasion de la Journée internationale du chat, qui a lieu le 8 août, ce sont les procédés utilisés par Facebook et la précision des résultats qui se révèlent particulièrement intéressants.

Les analystes du site communautaire ont utilisé une technologie de reconnaissance d’image similaire à celle utilisée par Facebook pour décrire à haute voix les photos aux aveugles. Le but avoué de l’entreprise en réalisant cette étude était également d’améliorer cette intelligence artificielle et de mieux faire comprendre au grand public comment elle fonctionne. Celle-ci a donc été capable de repérer les photos sur lesquelles apparaissaient des chats et des chiens et a fourni les informations de base qui ont pu être exploitées par les chercheurs.

En partant simplement de ces photos analysées et répertoriées par l’IA, les analystes ont été en mesure de compiler un grand nombre d’informations disponibles sur le compte des utilisateurs. Bien que l’étude ait été orientée sur l’attitude taciturne des personnes qui aiment les chats — et sur le fait par exemple qu’ils ont légèrement plus tendance à être célibataires que ceux qui préfèrent les chiens –, pléthore d’autres détails sont également livrés. Preuve que l’on a tendance à raconter notre vie sur Facebook.

13910700_1745187392416784_1916646328_n
Sur l’échantillon analysé, les personnes qui préfèrent les chats aiment beaucoup regarder l’anime de Naruto.

En fonction de ce que les utilisateurs renseignent sur eux-mêmes, l’entreprise peut savoir quels sont les films, les séries TV ou les livres que l’on préfère et chercher à dégager une tendance à partir d’un critère commun qui n’a, à priori, rien à voir. On sait ainsi que les personnes qui préfèrent les chats sont, selon Facebook, globalement friands de fantasy, de science-fiction et de dessins animés japonais. Ces derniers expriment également une plus large palette de sentiments dans leurs statuts.

Contrairement à son test de manipulation mentale qui avait provoqué l’émoi il y a quelques années, cette nouvelle étude réalisée par Facebook est bien moins controversée et ne se concentre que sur des informations accessoires qui n’ont pas une réelle importance. Cela étant dit, elle montre à quel point l’entreprise connaît bien ses utilisateurs et rappelle les données parfois très nombreuses que l’on livre au site.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés